Taxe GAFA : les USA menacent de surtaxer des produits français jusqu’à 100%

Share

Washington a menacé d'imposer des droits de douane additionnels, pouvant aller jusqu'à 100%, sur l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français emblématiques, allant du vin pétillant au fromage en passant par des sacs à main.

Un revirement qui intervient alors que le bureau du Représentant américain au Commerce (USTR) doit présenter ce lundi les conclusions de son enquête sur l'impact sur les entreprises américaines de la taxe française. "Il s'attache à lutter contre le protectionnisme croissant des Etats membres de l'Union européenne, qui ciblent injustement les entreprises américaines", a ainsi commenté le représentant dans un communiqué lundi.

La proposition de l'USTR, qui doit encore recevoir l'aval du président américain Donald Trump, risque d'intensifier les frictions avec l'Union Européenne et la France en particulier.

"Le simple projet, qui pourrait s'appliquer d'ici 30 jours, de nouvelles sanctions contre la France, c'est inacceptable", a affirmé M. Le Maire sur Radio Classique.

Le ministre a précisé que les autorités françaises avaient pris contact avec la nouvelle Commission européenne pour parler de la réaction de Bruxelles face aux menaces de l'administration Trump et "nous assurer que s'il devait y avoir de nouvelles sanctions américaines, il y aurait bien une riposte européenne, une riposte forte", a-t-il dit.

Voilà qui augure d'une ambiance tendue entre Donald Trump et Emmanuel Macron ce mardi à Londres au sommet de l'OTAN.

"Le rapport de l'USTR envoie un signal clair à la France, et avertit les autres pays qui sont en train de finaliser des mesures similaires que des taxes discriminantes ne seront pas tolérées", a réagi Matt Schruers, directeur exécutif de la fédération de l'industrie de l'informatique et des communications.

L'imposition de tarifs douaniers punitifs sur les produits français - qui s'ajouteraient à d'autres surtaxes déjà décidées par les Etats-Unis en raison d'un contentieux autour de l'avionneur Airbus - ne pourra pas intervenir avant la mi-janvier, à l'issue d'une période de consultations.

L'administration Trump envisage par ailleurs d'ouvrir une enquête à l'encontre de l'Autriche, de l'Italie et la Turquie pour déterminer si les taxes du numérique menaçaient les entreprises américaines.

Paris s'est engagé à abandonner cette taxe GAFA, qui entre en vigueur cette année, dès qu'une solution internationale aura été trouvée sous l'égide de l'OCDE. La France "n'a pas à reculer", a déclaré de son côté la secrétaire d'État à l'Economie Agnès Pannier-Runacher, au sujet de la taxe dite Gafa qui impose les géants du numérique à hauteur de 3% du chiffre d'affaires réalisé en France.

Share