OTAN: Donald Trump fustige Macron et grogne contre les " mauvais payeurs "

Share

Seuls neuf des 29 membres de l'OTAN ont consacré 2 % de leur PIB à la défense en 2019.

Interrogé sur le blocage du plan de l'Otan lors d'une conférence de presse à Ankara avant de prendre l'avion pour se rendre au sommet, M. Erdogan a déclaré que la position de la Turquie ne bougerait pas.

Le président américain Donald Trump a qualifié ce mardi de "très insultant" le jugement de "mort cérébrale" porté par le président français Emmanuel Macron sur l'Otan et annoncé son intention de lui en parler lors d'un entretien prévu dans la journée.

C'est un jugement "très, très méchant a l'adresse de 28 pays", a-t-il ajouté.

Jens Stoltenberg pourrait par ailleurs être mandaté pour conduire une réflexion demandée par la France sur la relation de l'Otan avec la Russie et sur les futurs grands enjeux de sécurité collective, comme la menace terroriste. Donald Trump rencontrera Emmanuel Macron dans la journée mardi pour discuter avec le président français des griefs portés contre l'Otan.

Les deux dirigeants en sont arrivés a échanger des insultes et leurs partenaires espèrent qu'ils crèveront l'abcès mardi avant le sommet, au cours d'une réunion sur la Syrie à Londres avec la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre britannique Boris Johnson. La chancelière a dit sa réprobation et aucune capitale de l'Alliance n'a soutenu le président français.

Les dépenses de défense seront une fois encore le sujet principal du sommet.

Le sommet sera bref: une session de travail de trois heures mercredi dans l'hôtel d'un golf prestigieux à Watford, dans la banlieue de Londres. Donald Trump veut maintenir la pression sur les alliés pour leur faire respecter leur engagement de consacrer 2% de leur PIB à leur budget militaire en 2024. Il avait affirmé vendredi dernier ainsi que c'était lui, le président français, qui était en état de "mort cérébrale ".

La France dépensera l'équivalent de 2 % en 2025, mais l'Allemagne, à 1,42 % en 2020, ne respectera pas son engagement avant le début de la décennie 2030. Il l'a dit au secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg jeudi à Paris.

Le milliardaire américain, qui depuis son élection pousse ses alliés à augmenter leurs budgets militaires pour partager davantage le fardeau, a lancé une nouvelle charge contre les mauvais payeurs de l'OTAN, notamment l'Allemagne. "Mais maintenant nous avons obtenu 130 milliards de dollars", a déclaré M. Trump en référence à la somme que le Canada et les membres européens ont ajoutée aux budgets de la défense en quatre ans.

Share