La discographie de Mariss Jansons: les prestations publiques avant tout

Share

"Nous avons reçu ce matin la triste et bouleversante nouvelle de la mort de Mariss Jansons", a annoncé dans un communiqué le Philharmonique de Vienne que le chef d'orchestre avait dirigé à trois reprises pour le prestigieux concert du Nouvel An. La réputation de Mariss Jansons n'est plus à faire.

Né le 14 janvier 1943 à Riga, fils du chef d'orchestre Arvid Jansons, il fut un élève du chef d'orchestre autrichien Herbert von Karajan (1908-1989) et du Russe Yevgueny Mravinsky (1903-1988). "Il m'a donné confiance en moi et j'ai senti que je ne pouvais plus refouler ce désir intérieur de diriger" confiait le chef espagnol au Quotidien en septembre 2015, au moment de sa prise de fonction à la baguette de l'orchestre grand-ducal.

S'il était un ambassadeur infatigable du répertoire russe, en particulier de Chostakovitch dont il a enregistré une intégrale qui fait référence, il a défendu aussi bien les grandes fresques germaniques de Mahler ou Bruckner que la musique française, sans oublier l'opéra, où ses apparitions en fosse étaient guettées des mélomanes, à l'exemple d'une Dame de Pique à Salzbourg plébiscitée par la critique et le public. Mariss Jansons a fait notamment partie du club très fermé des chefs d'orchestre ayant dirigé l'Orchestre philharmonique de Vienne pour le concert du Nouvel-An, choisis par les musiciens eux-mêmes, en 2006, 2012 et 2016. Dix ans plus tard, Mariss Jansons devient le directeur musical du Philharmonique d'Oslo. C'est l'orchestre philharmonique de Vienne qui l'a annoncé. "Il reste du temps pour l'analyse après le concert", expliquait-il.

Il était ensuite revenu sur ces propos qu'il a qualifiés de "pas diplomatiques, ni nécessaires ou productifs".

Il avait déjà été victime d'un infarctus passé, dont une occurrence en plein concert à Oslo en 1996, alors qu'il dirigeait La Bohème de Puccini.

Share