Intempéries : les recherches se poursuivent après un éboulement aux Mées

Share

Olivier Jacob, préfet des Alpes-de-Haute-Provence, s'est rendu sur le site, où un poste de commandement opérationnel a été mis en place sous l'autorité d'Amaury Decludt, secrétaire général de la préfecture.

Ces "rochers des Pénitents" font partie du paysage local, ils sont composés de poudingue, une roche sédimentaire très friable.

En une dizaine de jours, 12 personnes sont mortes dans le Sud-Est de la France lors de deux épisodes méditerranéens - pluies diluviennes, inondations, vent - qui se sont succédé à une semaine d'intervalle et ont engendré des alertes rouge de Météo-France. Il s'agit d'une femme, qui circulait dans la rue quand les rochers sont tombés, et d'un homme, secouru alors qu'il avait été pris au piège dans sa maison, selon franceinfo de source proche des secours. Le Parisien indique que Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, a annulé son déplacement à Berlin pour se rendre sur place. Deux autres sont susceptibles d'avoir été endommagées.

"Selon la préfecture " les recherches se poursuivent concernant d'autres victimes " et " une importante rupture de gaz et d'électricité a été provoquée par l'éboulement ". Depyuis ce dimanche, les intempéries ont causé la mort de six personnes. Et le bilan pourrait encore s'alourdir, une femme de 61 ans étant toujours portée disparue lundi soir dans ce même département. Mes pensées à tous ceux qui ont subi ces dernières semaines les intempéries dans le Sud.

Les victimes sont un pilote de la sécurité civile, un mécanicien opérateur de bord et un secouriste des pompiers des Bouches-du-Rhône.

" Alors que l'hélicoptère EC145 de la Sécurité civile se dirigeait vers Le Luc-Le Cannet (Var), afin d'assurer une mission de reconnaissance et de sauvetage, les liaisons radio et radar ont été rompues", a-t-il ajouté.

A Mandelieu-la-Napoule, une des villes des Alpes-Maritimes les plus touchées, des habitants et commerçants nettoyaient lundi à coup de raclettes et de pelles la boue. Josiane Dubochet, ambulancière, est au bord des larmes: "Maintenant, on en a ras-le-bol ".

Share