Nombreuses arrestations à Alger avant la manifestation hebdomadaire — Algérie

Share

L'ambassadeur de la République de Chine a soutenu aujourd'hui samedi à Alger que son pays est contre l'ingérence européenne.

. Cette dernière avait souligné que par cette démarche, "le Parlement européen a démontré son mépris, non seulement des institutions algériennes, mais également des mécanismes bilatéraux de consultation prévus par l'Accord d'association, y compris dans le domaine parlementaire". "Il est révélateur qu'un des parlementaires européens ait fait l'éloge de la colonisation qui aurait permis, selon lui, l'exercice de la liberté de culte durant les 132 ans de l'occupation coloniale de l'Algérie", déplore la même source.

Pour sa part, le candidat du mouvement El-Bina, Abdelkader Bengrina, a salué, lors d'un meeting populaire à Sétif, la réaction du ministère des Affaires étrangères sur la résolution du Parlement européen, en reflétant la position du peuple algérien et le mouvement populaire le Hirak qui refuse l'humiliation et la soumission.

Au moment où la campagne électorale prenait une tournure dangereuse avec une guerre des tranchets entre les candidats de la présidentielle du 12 décembre, la campagne a finalement un nouveau virage, puisque les candidats ont tous raccordé leurs discours pour rejeter l'ingérence étrangère dans les affaires internes de l'Algérie.

" Le peuple algérien croit en la liberté et la souveraineté des décisions de son Etat". Le président du CNDH, Bouzid Lazhari a affirmé que le CNDH "s'interroge sur la source des informations contenues dans la résolution, lesquelles font état d'arrestations arbitraires sans toutefois en fournir des preuves", estimant qu'"il aurait été plus judicieux pour la partie qui est derrière ces informations de les fournir au CNDH, qui a toutes les prérogatives pour enquêter sur les allégations relatives aux droits de l'Homme".

Il demande aux autorités algériennes "la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes inculpées pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression, et notamment Hakim Addad, Abdelouahab Fersaoui, Massinissa Aissous, Djalal Mokrani, Ahmed Bouider, Kamel Ould Ouali, Karim Boutata, Ahcene Kadi, Wafi Tigrine, Khireddine Medjani, Samir Belarbi, Karim Tabbou, Fodil Boumala, Lakhdar Bouregâa, Samira Messouci, Ibrahim Daouadji, Salah Maati, Sofiane Merakchi, Azeb El Cheikh, Fouad Ouicher, Saïda Deffeur ainsi que les autres manifestants pacifiques, défenseurs des droits de l'Homme et journalistes arbitrairement détenus alors que leurs activités sont autorisées par le droit algérien et conformes aux instruments internationaux en matière de droits de l'Homme que l'Algérie a ratifiés".

"La veille, des manifestants ont exprimé leur rejet du scrutin à Alger et dans d'autres villes du pays". "Il a appelé, par ailleurs, le peuple algérien à la vigilance face aux portes-voix de l'étranger et la mobilisation contre toute tentative visant le pays".

Ce sympathique diplomatique explique que le pays qu'il représente, l'Empire du Milieu, est contre l'ingérence de l'Europe en Algérie.

Share