Robert Moreno se défend, après les accusations de Luis Enrique — Espagne

Share

"Il avait toujours été clair que si Luis Enrique voulait revenir, il reviendrait", justifiait pourtant la semaine passée Luis Ribiales, le président de la RFEF. "Je ne vais pas changer beaucoup de choses", a d'abord lancé l'actuel sélectionneur espagnol, de retour après 9 mois au chevet de sa fille, décédée d'un cancer.

En effet, Luis Enrique s'est exprimé concernant Robert Moreno, qu'il n'a pas choisi de prendre comme adjoint pour la suite des événements.

L'Espagne s'est offert une crise le soir même de sa qualification pour l'Euro 2020. Tout le football espagnol lui avait montré un appui aussi fort que logique, avec notamment la promesse que son poste lui serait rétrocédé s'il en éprouvait l'envie. Je m'y attendais au vu de son silence, mais il m'a expliqué qu'il voulait faire l'Euro à la tête de l'équipe avant de redevenir mon adjoint.

Écarté de son poste de sélectionneur de l'équipe d'Espagne avec le retour de Luis Enrique, Robert Moreno a tenu à s'expliquer jeudi après avoir été qualifié de " déloyal " par Enrique, qui lui a reproché d'accepter de lui rendre son poste seulement après l'Euro 2020. Mais pour moi c'est déloyal.

"Je comprends que le fait d'avoir été sélectionneur lui ait donné beaucoup d'espoir, je comprends que ce soit l'opportunité de sa vie, qu'il ait beaucoup travaillé pour cela. L'ambition excessive n'est pas une vertu, mais un grand défaut". "Ce que j'ai dit à Robert Moreno est que je ne le vois pas en tant qu'adjoint et que je suis solide, que j'ai envie de travailler". L'ancien entraîneur du Barça a alors expliqué les raisons de ce jugement: "Le 12 septembre, lors d'une réunion chez moi, je lui ai dit que je souhaitais entraîner à nouveau". "Je ne suis pas le gentil du film, mais pas le méchant non plus".

Une fin de collaboration avec Moreno qui va rapidement devenir du passé.

Après les accusations de Luis Enrique, Robert Moreno a décidé de s'exprimer pour livrer sa version des faits. J'ai hâte de voir les joueurs.

Share