L'Etat islamique revendique la mort des 13 soldats français au Mali

Share

L'Etat islamique-Province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP), la branche ouest-africaine de l'Etat islamique, affirme être à l'origine de l'accident d'hélicoptères qui a tué 13 militaires français au Mali lundi.

Le général François Lecointre, chef d'état-major des armées françaises, a déclaré mardi lors d'une conférence de presse que les militaires français avaient établi " le contact " après trois jours de traque dans la région du Liptako Gourma, avec des hommes armés soupçonnés d'appartenir au groupe État islamique au Grand Sahara (EIGS).

Dans un communiqué, Daesh a affirmé avoir tendu une embuscade à un convoi de soldats français dans la région de Ménaka.

Sollicité par Reuters, l'état-major des armées françaises s'est refusé jeudi à tout commentaire à la suite de la revendication de l'EI. "Il n'y a pas eu de prise à partie par les jihadistes qui étaient poursuivis et marqués au sol. Il n'y a pas eu de retrait d'un appareil face à un tir de djihadistes", a encore affirmé le général Lecointre.

Dans son communiqué annonçant la mort des 13 soldats de l'armée de terre, dont six officiers, six sous-officiers et un caporal chef, l'Elysée a parlé d'accident de deux hélicoptère. "Les enquêtes ne sont pas terminées, les boîtes noires vont être exploitées pour avoir les détails précis de la manière dont nos soldats sont morts".

Share