Les polices européennes portent un "coup sévère" à la propagande de l'EI

Share

Une opération des polices européennes menée ces derniers jours a porté un 'coup sévère' à la propagande en ligne du groupe djihadiste Etat islamique (EI), a annoncé lundi l'agence européenne de police Europol.

Selon l'agence de presse Belga, ce grand coup de filet a été mené en collaboration avec Europol et Eurojust, sur les serveurs d'Amaq, l'agence de propagande de Daech.

Europol précise avoir travaillé avec Google, Instagram, Twitter et Telegram, notamment, et saisi des vidéos de propagande, des publications, des comptes faisant l'apologie du terrorisme et de la violence.

Commentant l'opération, le parquet fédéral belge a relevé que grâce à cette action commune à l'échelle européenne " de nombreux comptes ont été désactivés et des sites web ont été mis hors d'état de nuire ".

'Est-ce un succès à 100%?

Un "effort considérable " de la part de l'EI sera nécessaire s'il tente de revenir au même niveau en ce qui concerne sa présence en ligne, a toutefois affirmé le porte-parole.

L'opération s'est déroulée entre le 21 et le 24 novembre.

"Ces activités de propagande peuvent être directement liées à la radicalisation de citoyens européens", a expliqué M. Van Der Sypt. Une cyberattaque avait déjà été menée contre les serveurs d'Amaq en 2018, mais les comptes et sites avaient été assez rapidement réactivés.

"Cela nous a un peu surpris et c'est pourquoi nous avons essayé de faire mieux cette fois-ci", a aussi dit Eric Van Der Sypt à l'agence Belga. Elle a également permis l'arrestation par la police espagnole aux îles Canaries d'un homme soupçonné de faire partie des 'principaux diffuseurs' de la propagande en ligne de l'EI.

L'opération avait nécessité deux ans de travail.

Share