Le président de Naples va punir ses joueurs frondeurs

Share

Face à la fronde de joueurs mécontents et réfractaires, après l'instauration d'une mise au vert de plus d'une semaine, le président Aurelio De Laurentiis a déjà menacé de vendre la majorité de l'effectif.

Le chef de Napoli a mis son équipe dans une retraite d'entraînement la semaine précédant la pause internationale, mais les joueurs du club n'ont pas obéi à cette décision, et les ennuis après le match de Ligue des champions contre le RB Salzburg ont rendu furieux De Laurentiis. Selon les médias italiens et La Gazzetta dello Sport, le dirigeant va lourdement sanctionner l'ensemble de l'effectif qui avait refusé de se plier à certaines consignes après des mauvais résultats.

Selon les règles de la fédération italienne, l'article 11 de la convention collective, au paragraphe 3, prévoit que l'amende "ne peut excéder 25% du salaire mensuel brut". Au total, ce sont près de 2,5 millions d'euros qui seront prélevés sur les salaires des joueurs, dont 200 000 euros pour le seul Allan. Aurelio De Laurentiis lui reproche une violente altercation avec son fils, mais aussi vice-président du Napoli, Edo.

De leurs côtés, Callejon et Mertens qui ont participé à l'action contestataire ne recevront aucune proposition de nouveau contrat, et partiront donc libres en juin prochain. Enfin, de Laurentiis veut marquer le coup et a décidé de placer Kalidou Koulibaly, Lorenzo Insigne et Allan sur la liste des transferts, et ce dès le mois de janvier.

Share