Uber perd son permis d'exercer à Londres

Share

Uber n'a plus le droit d'exercer à Londres.

Une modification apportée par Uber permet à des chauffeurs n'ayant pas les autorisations requises de charger leur photo sur le compte d'autres conducteurs, ce qui signifie qu'ils peuvent prendre des passagers en se présentant comme le chauffeur attitré, a expliqué Transport for London (TfL), qui a comptabilisé au moins 14 000 incidents de ce type.

Uber a aussitôt annoncé qu'elle ferait appel de cette décision, ajoutant qu'elle continuerait de fonctionner jusqu'à ce qu'une décision définitive soit rendue. TfL a reconnu qu'Uber avait fait des changements bienvenus en faveur de la sécurité de ses utilisateurs, mais ceux-ci sont insuffisants à l'heure actuelle. Des fonctionnalités ont ainsi été lancées comme la possibilité pour les passagers d'entrer directement en contact avec les services d'urgence à travers l'application. Des " capteurs " sont aussi sensés détecter si un véhicule reste immobilisé trop longtemps ce qui permet de vérifier s'il a eu ou pas un accident et le cas échéant d'envoyer de l'aide.

L'autorité des transports londonienne a refusé de renouveler la licence d'exercer d'Uber dans la capitale britannique. Uber a indiqué qu'il a faire appel de la décision de TfL.

La société compte 45 000 conducteurs et 3,5 millions de clients dans la capitale britannique.

Le syndicat demande " une réunion urgente avec le maire pour discuter des solutions possibles pour protéger les conducteurs d'Uber".

Uber n'est "pas apte" à détenir une licence à Londres, selon les termes employés dans le communiqué de TfL qui souligne l'existence de défaillances mettant "en danger" les passagers. En attendant, elle peut poursuivre ses activités.

Share