Licenciée pour avoir dénoncé son manager qui la filmait à son insu

Share

Après s'être emparée du téléphone, qui n'est pas verrouillé, Eva découvre qu'il appartient à son manager dont on voit d'ailleurs le bras positionner le téléphone sur la dernière vidéo filmée. Elle affirme avoir découvert que son manager était en réalité le fils du gérant du restaurant, et estime que leurs liens familiaux sont à l'origine de la décision de son licenciement.

L'employeur n'est effectivement pas tenu d'expliquer les raisons d'une rupture de contrat lorsque son employé se trouve en période d'essai, rappelle la direction du restaurant, qui confirme ce courrier. Une information que la direction du fast-food a refusé de confirmer à nos confrères qui précisent toutefois que tous deux portent le même nom.

Un lien qui aurait, d'après elle, poussé ses supérieurs à prendre des mesures d'éloignement de son lieu de travail. D'abord via une proposition de changement de restaurant, que la jeune femme a immédiatement refusé, ne se sentant "pas capable de retravailler". "Je n'allais pas quitter mon travail alors que c'est moi qui ai été agressée!", continue-t-elle. Mais sa version du litige est un peu différente.

Depuis, la jeune femme sans revenus a demandé au Crous (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) une aide financière en urgence. Elle relate aussi avoir choisi de s'absenter brièvement de ses cours, pour rentrer au domicile de ses parents, près de Rouen. "Je n'en dors plus la nuit depuis, je me sens salie. Partout où je vais, je regarde s'il y a des caméras".

Après les faits, McDonald's avait assuré avoir procédé à la mise à pied du manager à titre conservatoire.

L'étudiante conteste fermement la décision de McDonald's et explique au Parisien qu'elle compte "aller aux prud'hommes pour contester [son] licenciement". Le Parisien rapporte ce mardi l'histoire d'une salariée d'un restaurant parisien licenciée par son manager après avoir découvert que celui-ci la filmait dans les vestiaires. Le procès devrait se tenir prochainement.

Share