Adèle Haenel porte plainte contre le réalisateur Christophe Ruggia — Attouchements sexuels

Share

Entendue dans le cadre de l'enquête ouverte par le parquet de Paris, l'actrice a porté plainte contre le réalisateur qu'elle accuse de "harcèlement" et d'"attouchements sexuels".

Dans une enquête publiée début novembre par le site d'information continue Mediapart, l'actrice a dénoncé "l'emprise " que Christophe Ruggia aurait exercée sur elle pendant la préparation et le tournage du film, puis un "harcèlement sexuel permanent", des "attouchements " répétés et des "baisers forcés dans le cou", qui auraient eu lieu chez lui et lors de plusieurs festivals internationaux, le tout alors qu'elle était âgée de 12 à 15 ans. Entendu mardi 26 novembre dans les locaux de l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) à Nanterre, elle a décidé de "ne pas [se] dérober" à l'action de la justice et de porter plainte, ont annoncé ses avocats. Quelques jours plus tard, de nouvelles accusations de viol par une photographe française contre le célèbre réalisateur franco-polonais Roman Polanski ébranlaient encore le milieu du cinéma.

Dans une déclaration à Mediapart (édition abonnés), Adèle Haenel explique que " maintenant que la justice a ouvert une enquête, je ne me dérobe pas, et je souhaite faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aller au bout du processus judiciaire.

Ce sont, par ailleurs, "les dénégations publiques" de Christophe Ruggia qui l'"ont déterminée à obtenir judiciairement la reconnaissance de son statut de victime", ont expliqué ses avocats. "Trop peu d'affaires aboutissent", justifiait-elle.

"Je crois que c'est cette impunité-là, celle de nombreux agresseurs, surtout, qui détruit la dignité des personnes victimes", a indiqué Adèle Haenel, qui s'est dite "choquée" par le démenti publié par le cinéaste dans un droit de réponse adressé à Mediapart.

Share