Vers une large victoire des pro-démocratie dans les urnes — Hong Kong

Share

"Alors que le dépouillement était toujours en cours lundi matin, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a rappelé que Hongkong faisait partie de la Chine, quel que soit le résultat des élections locales".

Les candidats pro-démocratie se dirigeaient vers une victoire écrasante aux élections locales à Hong Kong, estimaient les médias locaux lundi, au lendemain d'un scrutin largement conçu comme un référendum sur la gestion par le gouvernement pro-chinois de mois de contestation violente.

L'ampleur du revers subi par les candidats pro-Pékin a surpris et sonne comme un camouflet pour les autorités chinoises.

Les conseils de district ont toujours été dominés par des élus favorables à l'exécutif aligné sur Pékin, mais selon des résultats non définitifs compilés lundi matin par le journal South China Morning Post concernant 235 sièges, les candidats prodémocratie en remporteraient 196, contre 27 pour des candidats pro-Pékin et 12 pour des candidats indépendants.

"Je suis heureuse de dire que nous avons un environnement relativement calme et pacifique aujourd'hui pour la tenue de l'élection", a déclaré Mme Lam après avoir voté.

"Quelle que soit la force de Carrie Lam, j'espère qu'elle pourra répondre aux souhaits du peuple, répondre aux cinq demandes (et) donner une chance aux jeunes", a déclaré à la presse le militant Jimmy Sham après avoir remporté un siège dans un conseil de district.

Parmi les cinq revendications du mouvement de contestation pro-démocratie à Hong Kong figurent notamment l'avènement du suffrage universel et une enquête sur ce qu'il présente comme des violences policières.

Mme Lam les a jusqu'à présent rejetées, les qualifiant notamment de " vœux pieux ". La mobilisation avait débuté en juin contre un projet de loi autorisant l'extradition vers la Chine continentale des ressortissants hongkongais. Le texte a été abandonné en septembre mais depuis, les revendications se sont élargies.

Si les élections des conseillers de district, dont la tâche principale est de gérer des questions comme les ordures ménagères ou les transports de bus, suscitent d'ordinaire peu d'intérêt, elles faisaient cette fois office de véritable baromètre de l'état d'esprit de la population après six mois de protestations anti-Pékin.

Le résultat a été "rien moins qu'une révolution", a déclaré à l'AFP Willy Lam, analyste de la politique de Hong Kong.

La participation électorale a battu, sept heures avant la fermeture des bureaux de vote, le record qui avait été établi lors du précédent scrutin en 2015, a annoncé la commission électorale du territoire semi-autonome. "Et je pense que les habitants de Hong Kong devraient vraiment, vraiment, vraiment tirer parti de ce résultat pour demander plus de démocratie à l'avenir" explique Kelvin Lam, élu d'un conseil de district.

La participation a dépassé les 71% des 4,13 millions d'électeurs inscrits, un taux record. Et l'élection des conseillers de districts obéit au mode de scrutin qui, à Hong Kong, se rapproche le plus de la représentation directe.

Par ailleurs, certains des candidats aux législatives de l'an prochain seront issus des conseils de district. Et les conseils enverront 117 de leurs membres au sein du collège électoral de 1.200 personnes chargé de désigner le chef de l'exécutif, et qui est contrôlé par Pékin.

Alors que le gouvernement n'a cessé de faire planer ces dernières semaines la menace d'un report de ce scrutin en cas de persistance des violences de rue, Hong Kong a connu ces derniers jours un répit dans les manifestations, afin de ne pas hypothéquer la tenue du scrutin.

Share