Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu mis en examen

Share

"Que se passe-t-il à présent?"

"Le chef du parti 'Bleu-blanc' Benny Gantz a parlé avec le président Reuven Rivlin pour lui dire qu'il était incapable de former un gouvernement", a indiqué sa formation politique alors que mercredi soir était la date limite prévue par la loi pour qu'il tente de former un gouvernement.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour corruption, fraude et abus de confiance dans différentes affaires, a annoncé jeudi soir le procureur général d'Israël.

Dans les minutes qui ont suivi l'annonce de l'inculpation de leur champion, des dizaines de partisans du Premier ministre se sont toutefois réunis devant sa résidence officielle en scandant: "Nous sommes tous Netanyahu!"

Pour M. Netanyahu, 70 ans, une affaire est particulièrement sensible. Dans cette affaire également appelée "Bezeq", du nom d'un groupe israélien de télécoms, la justice soupçonne Benjamin Netanyahu d'avoir accordé des faveurs gouvernementales qui pourraient avoir rapporté des millions de dollars au patron de Bezeq en échange d'une couverture médiatique favorable d'un des médias de ce groupe, le site Walla.

Dans la première, le Premier ministre est soupçonné d'avoir reçu de luxueux cadeaux de la part de richissimes personnalités.

La décision du procureur pourrait avoir d'importantes conséquences politiques alors que les parlementaires ont trois semaines pour trouver un futur Premier ministre, capable de rallier 61 des 120 députés de la Knesset, le Parlement israélien.

Pour "la première fois de l'histoire d'Israël" selon les mots de la présidence, aucun candidat n'a été en mesure de former un gouvernement à l'issue du scrutin du 17 septembre dernier.

Cette inculpation pourrait toutefois minimiser les chances de Benjamin Netanyahu de rallier une majorité de députés de la Knesset pour se maintenir au pouvoir.

À ce jour, une alliance entre le parti de Gantz et celui de Netanyahou (Likud) semble la seule solution possible pour former un gouvernement, mais vu les accusations que se sont lancées les deux rivaux dans ces dernières semaines, le chemin semble semé d'embûches.

"L'Etat d'Israël traverse une période sombre de son histoire", a déclaré Reuven Rivlin au parlement, appelant les députés à agir de façon "responsable". Netanyahu et Gantz peuvent encore se voir confier cette tâche par les députés, ce qui ouvre la voie à de nouvelles tractations. Très favorable à cette formule, Avigdor Lieberman a jugé mercredi les deux hommes "coupables" de l'échec des discussions et a donc à nouveau exclu de leur accorder son soutien, ce qui les prive l'un comme l'autre de toute chance de former un gouvernement.

Mais pour le parti de Benny Gantz, "un Premier ministre qui a des allégations de corruption jusqu'au cou n'a aucun mandat public ou moral pour prendre des décisions sur le sort de l'Etat d'Israël".

Share