Monique Olivier pourrait menacer l’alibi de Michel Fourniret — Disparition d’Estelle Mouzin

Share

Jeudi 21 novembre, tout pourrait être modifié.

En seize ans, les enquêteurs ont étudié des dizaines de pistes, dont une les conduisant à celui que l'on surnommera l'Ogre des Ardennes.

Michel Fourniret a été condamné en 2008 à la perpétuité incompressible pour sept meurtres de jeunes femmes ou d'adolescentes entre 1987 et 2001, précédés d'un viol ou d'une tentative de viol. Mais en 2005, après plusieurs mois d'enquête, et malgré la troublante découverte d'une photo d'Estelle sur son ordinateur, le tueur en série est écarté - en partie - de la liste des suspects. Dans cette déclaration, elle évoque l'alibi de Michel Fourniret le soir de la disparition d'Estelle Mouzin: un appel téléphonique que Michel Fourniret aurait passé à son fils Jean-Christophe. Les relevés effectués par les policiers attestent de cette communication aussi opportune qu'inhabituelle.

Les gardes à vue du tueur en série et de son ex-épouse Monique Olivier la semaine dernière ont permis d'établir "un possible cheminement de Michel Fourniret dans l'Orne", selon Carole Étienne, procureure de la République de Caen, "un possible cheminement dans l'Orne qu'il ne conteste pas ".

Des comparaisons ont pu être établies entre des traces d'ADN trouvées dans la camionnette de Michel Fourniret et l'ADN d'une ascendante de la disparue, dont le corps n'a jamais été retrouvé. Lors de récentes confrontations, elle lui a tenu tête et n'est plus dans la logique de lui servir d'alibi.

Rappel des faits: Estelle Mouzin, âgée de 9 ans, avait disparu un soir de janvier 2003, alors qu'elle rentrait de l'école à Guermantes, en Seine-et-Marne.

Et Monique Olivier, 71 ans, pourrait rebattre les cartes de ce dossier emblématique.

Si elle a validé l'alibi de son ancien compagnon pendant des années, elle ne serait plus sûre de sa présence au domicile familial le 9 janvier 2003. "Elle n'assure désormais plus que Michel Fourniret a téléphoné à son fils, elle n'exclut plus non plus avoir elle-même passé ce coup de téléphone pour servir d'alibi, explique Me Delgenes. Simplement, elle ne se souvient plus de cette soirée, mais fera tout pour répondre aux questions". " Des propos que Monique Olivier n'a jamais tenus devant la justice". Et elle en a besoin pour se livrer.

Share