L'armée israélienne frappe six sites en Syrie causant une dizaine de morts

Share

Un correspondant de l'AFP dans la capitale syrienne a entendu plusieurs fortes explosions.

L'armée israélienne à indiqué mardi qu'elle avait intercepté 4 roquettes tirées depuis la Syrie en direction des hauteurs du Golan.

" À 01H20 (heure locale), des avions militaires israéliens ont tiré un certain nombre de missiles près de Damas", a indiqué Sana, alors que l'agence libanaise ANI a évoqué des " avions de combats hostiles " ayant " simulé des raids à basse altitude au-dessus de Tyr", dans le sud du Liban.

Depuis le début du conflit syrien en 2011, Israël a mené plusieurs raids en Syrie contre le régime de Damas mais aussi ses alliés indéfectibles, l'Iran et le Hezbollah, des ennemis de l'Etat hébreu.

L'armée israélienne a assuré que les frappes syriennes n'avaient " pas fait de victimes " côté israélien, et que " tous les pilotes étaient rentrés sains et saufs " à leur base. Mais elle a noté tenir le pouvoir à Damas "responsable" des actions sur son sol. Deux personnes avaient été tuées, dont son fils. Le raid israélien " contredit totalement le droit international", a-t-il jugé.

Le gouvernement français a demandé mercredi à l'Iran de s'abstenir de toute action déstabilisatrice en Syrie et a déclaré qu'il restait attaché à la sécurité d' Israël.

"Nous réaffirmons qu'il n'y a pas de solution militaire à la crise syrienne et soulignons la nécessité d'éviter une dangereuse escalade des tensions au Moyen-Orient". "Nous sommes prêts pour différents scénarios", a affirmé l'armée israélienne qui avait par ailleurs mené la semaine dernière une opération contre le Jihad islamique dans la bande de Gaza, enclave palestinienne de deux millions d'habitants.

N'oublions pas que le 12 novembre, une frappe d'Israël avait visé à Damas la maison d'une figure du groupe armé palestinien Djihad islamique, Akram Ajouri.

" Le chef d'état-major et le chef du Shabak ont confirmé l'opération d'assassinat de Baha Abu al-Ata, un haut commandant du Jihad islamique de la Palestine", rapporte le quotidien précité qui ajoute: " Après l'assassinat de Baha Abou Atta, le mouvement du Jihad islamique de la Palestine a pu paralyser les activités en Israël pendant trois jours ".

Share