Deux gardiens chargés de surveiller Epstein inculpés à New York

Share

Trois mois après, la justice américaine inculpe ses deux gardiens de prison.

Chargés de la sécurité de la cellule de Jeffrey Epstein au moment de sa mort, deux surveillants pénitentiaires -Toval Noel et Michael Thomas- ont été accusés de négliger leurs devoirs et de ne pas avoir surveillé Epstein pendant presque huit heures, alors qu'il était prescrit de contrôler sa cellule toutes les 30 minutes, ainsi que pour d'avoir falsifié le journal de rondes pour attester qu'ils avaient fait les vérifications comme exigé.

Plutôt que de faire une ronde chaque demi-heure comme ils auraient dû, ils ont été sur internet, sont restés dans la salle commune ou à leur bureau et ont falsifié des rapports pour camoufler ces faits, selon l'acte d'accusation. Mais ce point est contesté: un expert mandaté par le frère de Jeffrey Epstein a estimé récemment que les éléments témoignaient "davantage d'un homicide que d'un suicide".

Quelques jours après le drame, le ministre américain de la Justice William Barr avait déploré de "graves" dysfonctionnements dans cette prison réputée particulièrement sûre. "Pour dissimuler leurs manquements", ils ont "signé de faux certificats attestant avoir fait plusieurs rondes de comptage des prisonniers, ce qui n'était pas le cas", a-t-il encore accusé. Le financier, qui attendait son procès pour exploitation sexuelle de jeunes filles, s'était pendu au Metropolitan Correctional Center de Manhattan. Le procureur n'a avancé aucune raison pour lesquelles les surveillants de cette aile, réservée aux prisonniers sensibles, auraient failli à leurs responsabilités.

Le financier comptait parmi ses connaissances le prince Andrew, fils de la reine Elizabeth II, l'ex-président Bill Clinton, l'actuel président Donald Trump et de nombreuses autres personnalités américaines.

Si la procédure criminelle visant Jeffrey Epstein est terminée, le procureur de Manhattan continue à enquêter sur ses éventuels complices.

Share