Loto du Patrimoine : Stéphane Bern dénonce un coup de rabot du gouvernement

Share

L'animateur de télévision se dit victime d'un mauvais coup du gouvernement: celui-ci a décidé d'annuler discrètement quelque 25 millions d'euros de crédits alloués au patrimoine, dans le cadre du projet de loi de finances rectificative de 2019.

Contre l'avis de Bercy, les sénateurs ont donc rétabli les 25 millions d'euros de crédits pour le patrimoine, mais ce rétablissement doit maintenant être adopté par l'Assemblée nationale, où le gouvernement est majoritaire. En octobre 2018 déjà, il avait condamné le fait que les recettes fiscales du jeu reviennent à l'État, et non directement au patrimoine français.

Albéric de Montgolfier, sénateur LR d'Eure-et-Loir, rapporteur du budget au Sénat, dénonce "une escroquerie". "On me saborde! On m'envoie au combat et on me tire une balle dans le dos!". Le Sénat a voté ce lundi pour la réhabilitation de ces crédits. ", a critiqué Stéphane Bern, au micro de la chaîne sénatoriale". De l'autre côté, Stéphane Bern, organisateur de l'opération et chargé de mission auprès de l'Élysée, fait grise mine.

"J'ai informé le chef de l'État".

Le secrétaire d'État auprès du ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt, a affirmé que "le parallélisme entre le montant des crédits" que le gouvernement propose d'annuler et les sommes rapportées par le Loto du patrimoine "n'est que le fruit du hasard".

L'an dernier, la taxation de ce loto avait été maintenue par Bercy, mais compensée à la demande de Stéphane Bern.

Il n'en reste pas moins que le chargé de mission Patrimoine reste profondément déçu de cette décision: " Il ne faut pas me prendre comme ça à rebrousse-poil, avertit Stéphane Bern. "C'est l'une des rares industries qui marche, qui n'est pas délocalisable et nourrit, directement et indirectement, 500.000 personnes en France ". Pour lui, les annulations "sont des mouvements classiques de fin de gestion".

Share