Belgique : premier décès attribué à l’usage de la cigarette électronique

Share

Selon les premières constatations, le décès de ce jeune bruxellois qui a soudainement perdu la vie après une pneumonie jusqu'ici inexpliquée, serait lié au vapotage de cannabidiol (CBD), une molécule aux propriétés apaisantes, non stupéfiante, et légale, mais qui peut être vendue sur le marché noir mélangée à des produits nocifs.

Le jeune homme avait été admis à l'hôpital il y a un mois pour de graves problèmes respiratoires. "Sa maman a testé le CBD avec une cigarette électronique, son frère, la copine de son frère et deux autres amis la même soirée", confie Thierry Pauwaert, le père de Raphaël.

Toutes les analyses d'échantillons prélevés sur le corps du jeune homme décédé ne sont pas encore terminées. "Ses poumons ont cessé de fonctionner et nous l'avons plongé dans un coma artificiel", a développé auprès de la RTBF Luc-Marie Jacquet, le chef de service aux soins intensifs. Il faut que l'enquête se poursuive pour établir les circonstances précises " du décès de Raphaël, a souligné Mme De Block.

"Il n'existe aucune certitude sur le lien de cause à effet, car aucune étude pouvant le confirmer n'a encore été menée".

"La politique actuelle de notre gouvernement sur l'e-cigarette sera bientôt mise à jour sur la base des nouveaux conseils du Conseil supérieur de la santé ".

Si aucun lien formel n'a pour le moment pu être effectué, selon plusieurs Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), tous les malades avaient récemment utilisé des cigarettes électroniques.

Le mélange avec de l'acétate de vitamine E (huile), qui a déjà provoqué des décès aux États-Unis, est suspecté.

Dans un rapport paru en juillet, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a jugé que les cigarettes électroniques étaient "incontestablement nocives" et qu'on ne pouvait pas les conseiller en tant qu'outil d'aide à l'arrêt de la consommation de tabac.

Share