Roman Polanski accusé de viol : la "blague" douteuse de Michaël Youn

Share

Franck Riester ne nomme jamais Roman Polanski, mais ses propos semblent clairement faire référence au réalisateur franco-polonais, visé par une nouvelle accusation de viol, de la part d'une photographe française, et dont le dernier film, J'accuse, est sorti mercredi.

Le film a connu un bon démarrage à Paris, selon les chiffres du Film français, avec 3.110 entrées sur 32 copies, soit le 12e meilleur démarrage parisien de l'année, en dépit de la promotion perturbée ces derniers jours: les acteurs Jean Dujardin et Emmanuelle Seigner, femme de Polanski, ont annulé des interviews, tandis que des émissions enregistrées avec Louis Garrel n'ont pas été diffusées. Valentine Monnier a notamment reçu le soutien total de la comédienne Adèle Haenel, et celui, plus nuancé, de Samantha Geimer, qui a regretté sur Twitter n'avoir pas eu de soutien public à l'époque où, elle et sa mère, tentaient de faire condamner Roman Polanski qui avait fui les Etats-Unis. C'est le principal argument de ceux qui iront voir le film.

À l'inverse, la réalisatrice Nadine Trintignant a pris la défense de Roman Polanski: "Je trouve très grave de l'embêter en ce moment, où il y a une remontée de l'antisémitisme en Europe", a-t-elle dit sur la chaîne de télévision BFMTV, affirmant qu'elle "aurait plutôt tendance à le croire lui qu'une femme qui a mis 44 ans à réfléchir pour le dénoncer". Franck Riester a lui aussi fini par commenter ce jeudi la polémique sur la sortie du film de Roman Polanski alors que des militants ont perturbé mardi soir une avant-première de "J'accuse ". Il est rattrapé par une nouvelle affaire d'agression sexuelle.

Le 7 novembre, le ministre de la Culture avait déjà salué le courage de l'actrice Adèle Haenel, qui a accusé le réalisateur Christophe Ruggia d'"attouchements" et de "harcèlement" quand elle était adolescente.

Share