"Sanctions contre " TPMP " : "Le Conseil d’Etat condamne le CSA à indemniser C8

Share

Selon Le Parisien, le Conseil d'Etat a condamné les Sages à verser 1,1 million d'euros à C8. Le gendarme de l'audiovisuel avait privé la chaîne de publicité pendant une semaine à l'heure de diffusion de l'émission Touche pas à mon poste.

Le CSA avait prononcé cette sanction inédite en juin 2017, en estimant que lors de cette séquence filmée en caméra cachée, C8 avait "gravement méconnu son obligation de faire preuve de retenue dans la diffusion d'images susceptibles d'humilier les personnes". L'autorité française de régulation de l'audiovisuel décide alors de priver la chaîne C8 de publicité pendant l'émission de Cyril Hanouna et durant le quart d'heure qui suit et qui précède le show. La décision avait été annulée en 2017 par le Conseil d'Etat, dont le rapporteur avait estimé le 14 octobre dernier qu'un remboursement de 1, 1 million d'euros était nécessaire, sur les 4 millions réclamés par C8. Le Conseil d'Etat avait estimé que le chroniqueur "n'avait pas été montré sous un jour dégradant, humiliant ou attentatoire à sa dignité", et avait annulé la sanction en juin 2018. Les sanctions du CSA avaient été validées par le Conseil d'Etat pour les deux dernières séquences. "On paiera ", a sobrement commenté ce matin sur Europe 1, Roch-Olivier Maistre, le président du Conseil. "C'est un symbole qui est fort pour nous car c'était une période extrêmement difficile, avec notamment le mensonge de l'un des membres de l'association Le Refuge, qui a eu la gentillesse de le reconnaître, et tout cela a eu des effets négatifs sur la chaine", a-t-il poursuivi.

Il a cependant maintenu deux autres sanctions: une amende de 3 millions d'euros après un canular jugé homophobe, et une privation de publicité de deux semaines dans "TPMP" après une séquence dans laquelle Cyril Hanouna avait posé la main de sa chroniqueuse Capucine Anav, qui avait les yeux fermés, sur son sexe. C8 a donc demandé réparation financière de la perte de ses recettes publicitaires.

Share