Raymond Poulidor, éternel second mais champion des cœurs — Cyclisme

Share

Des lauriers à faire pâlir d'envie bien des cyclistes français sans la moindre couronne. "Oui j'en ai gagné des courses mais ce qui compte aux yeux des Français, c'est le Tour de France". Début octobre, il avait été hospitalisé dans le centre hospitalier de Saint-Léonard-de-Noblat, la commune où il résidait, en raison d'une grande fatigue.

Saint-Léonard-de-Noblat, 4 600 habitants au dernier recensement, c'était le fief de "Poupou".

Vainqueur de Milan-San Remo (1961), dès sa deuxième saison chez les "pros" sous la direction d'Antonin Magne, longtemps son mentor, il remporta aussi le Championnat de France sur route (1961), la Flèche Wallonne et le Grand Prix des Nations (1963), le Tour d'Espagne (1964), le Dauphiné (1966 et 1969), Paris-Nice (1972 et 1973).

1977: il met fin à sa carrière riche de 189 victoires mais continue à rester dans le cyclisme en tant que consultant et/ou relations publiques.

Toujours présent au départ du Tour, chaque année - parrain du maillot jaune (LCL) - "Poupou" était resté simple et accessible au grand public.

Raymond Poulidor à gauche de Merckx.

Être monté huit fois sur le podium du Tour de France, sans avoir porté le maillot jaune, même une seule journée.

Il était une figure du cyclisme français. Aucun d'eux ne veut céder jusqu'à ce qu'Anquetil lâche prise à un peu plus d'un kilomètre de l'arrivée. A l'arrivée, Poulidor termine troisième de l'étape, Anquetil cinquième. Le plus célèbre cycliste limousin endosse ce jour-là le maillot tricolore sur les terres normandes de son rival. Au terme d'un finish fou, Poulidor s'impose finalement en solitaire et gagne la course avec 3 secondes d'avance sur Rik Van Looy.

Dans le Tour 1968, la victoire ne semble pas loin. C'était sans compter sur cette maudite étape menant à Albi, où Poulidor s'apprêtait à prendre un avantage décisif dans une échappée (en compagnie des trois futurs coureurs du podium final). Las, un motard le renversa, occasionnant un traumatisme crânien, un fracture du nez et son abandon. Une malchance qui l'a rendu populaire. Depuis quelques années, la banque essayait de préserver un champion bavard mais de plus en plus fatigué. "Il m'est d'ailleurs arrivé de penser que gzgner ne servait à rien". En dehors du vélo, Raymond Poulidor est fait chevalier de la Légion d'honneur quatre ans plus tôt puis est promu au grade d'officier en 2013. Le coeur épuisé, Raymond Poulidor "est parti ce matin", vers 2h, a indiqué son épouse Gisèle à l'AFP. Jean-Paul Ollivier, l'une des grandes voix du Tour de France, revient pour France Bleu sur les plus belles victoires de Raymond Poulidor.

Un surnom comme un nom, qui a traversé l'esprit collectif en même tant que les générations, avec une empreinte et une adoration qui ne se sont jamais effacées. Il ne fut jamais le rockeur du peloton, mais un roc dans le cœur des Français.

Share