Franc CFA: Patrice Talon, "la fin de la monnaie coloniale"

Share

Le 7 novembre 2019, le Président béninois Patrice Talon a annoncé, lors d'une interview accordée à RFI et France 24, que le Bénin procédera au retrait de ses réseves de changes logées à Paris.

S'il n'a pas pris le risque de donner un calendrier, Patrice Talon soutient que la réforme du franc CFA se fera "très rapidement". Selon le président Talon, celle-ci va " gérer la totalité des réserves de devises et va les répartir auprès des diverses banques centrales partenaires dans le monde ".

"Nous travaillons la main dans la main avec la France", avait-il affirmé, tout en rappelant que les pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) - dont le Ghana - se sont mis d'accord pour l'adoption à l'horizon 2020 d'une monnaie unique - l'eco - qui sonnerait le glas du franc CFA dans cette région.

Le Président du Bénin, Patrice Talon, a annoncé qu'il prendra les mesures nécessaires pour retirer les réserves de changes du Bénin qui sont logées au trésor français. "Il y a une condition et elle est impérative c'est que la proposition vienne des Etats-membres de la zone franc", a indiqué le ministre, en marge d'une conférence de presse à Bruxelles. Pour son ministre de l'économie Bruno Le Maire, la France reste ouverte à une réforme ambitieuse du Franc CFA. Il avait dit attendre que les 15 pays qui partagent cette devise attachée à l'euro "décident ce qu'ils souhaitent", à un moment où l'Afrique de l'Ouest envisage de créer sa propre monnaie unique.

Huit pays d'Afrique de l'Ouest (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo) et six d'Afrique centrale (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad), qui constituent deux unions monétaires distinctes, utilisent toujours le franc CFA comme monnaie officielle, soit 155 millions de personnes.

Share