Matildas: les footballeuses australiennes reçoivent un salaire égal

Share

La nouvelle convention collective de la Fédération australienne de football prévoit que les joueurs et joueuses perçoivent 24% des recettes perçues par leur équipe. Un accord dévoilé mercredi annonce que les footballeuses de l'équipe nationale australienne percevront le même salaire que leurs homologues masculins. Et tout comme eux, elles effectueront leurs déplacements à l'étranger en classe affaire.

"Il s'agit vraiment d'un accord unique. Toutes les équipes nationales, des Socceroos aux Matildas, en passant par les équipes nationales de jeunes et les équipes nationales de paralysie cérébrale ont été envisagées dans cette nouvelle convention collective".

L'égalité dans le sport a été à l'honneur ces dernières années avec de nombreux cas de sportives internationales prenant position. En février, l'Equipe dévoilait l'incroyable écart de salaire moyen entre les joueurs de Ligue 1 et les joueuses de D1: selon les estimations du journal, les hommes gagnent 108 422 euros bruts mensuels, contre 2500 euros pour les femmes.

Quelques mois plus tôt, les équipes ont aussi signé un accord prévoyant que les footballeuses professionnelles australiennes touchent le même salaire minimum que leurs homologues masculins. Par ailleurs, la part des gains des joueurs réussissant à se qualifier pour une Coupe du monde passera de 30 à 40 %.

C'est le "choix des Socceroos de partager les revenus", a déclaré le directeur général de la FFA, David Gallop.

En mars, l'équipe de football féminine américaine a engagé une action en justice pour discrimination à l'encontre de la Fédération de football des États-Unis, alléguant que les pratiques de paiement du football américain constituaient une discrimination fédérale en rémunérant les femmes moins que les hommes "pour un travail sensiblement égal et en leur refusant au moins l'égalité de jeu, de formation et de formation. conditions de voyage, promotion égale de leurs jeux, soutien et développement égaux pour leurs jeux".

Le message prôné par Megan Rapinoe depuis la Coupe du Monde féminine en France en juin dernier est-il en train de faire effet? "En tant que footballeuse, c'est un peu ce dont nous avons toujours rêvé", a réagi Elise Kellond-Knight, milieu de terrain des Matildas.

Share