Les médias chinois appellent à une "ligne plus dure" — Hong Kong

Share

Les forums en ligne coordonnant le mouvement de protestation sans véritable leader ont encouragé les manifestants à porter des masques sur le thème de Halloween, une fête très populaire dans l'ex-colonie britannique, malgré les avertissements de la police annonçant qu'elle les forcerait à les retirer au nom de l'interdiction qui leur est faite de se dissimuler le visage.

Les manifestants se sont rassemblés dans le quartier commerçant de Causeway Bay dans l'après-midi avant que la police n'intervienne en tirant des gaz lacrymogènes et du gaz poivré pour les disperser.

Les incidents se sont ensuite déplacés dans d'autres quartiers de la ville, Mongkok et Tsim Sha Tsui.

Pendant les heurts, un secouriste a en outre été touché par une bombe de gaz lacrymogène qui l'a blessé au dos.

Shen Chunyao, un haut responsable du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao du gouvernement chinois, a ajouté lors d'une conférence de presse que les hauts dirigeants communistes, réunis à huis clos cette semaine, avaient également décidé 'd'améliorer' le système juridique de Hong Kong 'pour préserver la sécurité nationale'.

Manifestations à Hong Kong, le piège de la radicalisation? Le weekend a été émaillé de violences à la suite d'un nouvel avertissement de Pékin.

"Le gouvernement et la police ont ignoré et réprimé les demandes du peuple donc nous devons continuer le mouvement pour leur montrer que nous voulons toujours ce que nous réclamons", a expliqué à l'AFP un manifestant de 18 ans, Gordon Tsoi, dépourvu de masque.

Des images télévisées ont montré Andrew Chiu, figure de la contestation pro-démocratie, avec une oreille presque entièrement sectionnée.

La contestation ne montre aucun signe de recul après quasiment cinq mois, mais les manifestations dégénèrent de plus en plus en violences. "Pourtant nous ne renonçons pas à nos droits constitutionnels", a tweeté M. Wong, qualifié par les médias d'Etat chinois de "séparatiste" et "traître".

Déjà fragilisée par la guerre commerciale entre Washington et Pékin, l'économie de cette place financière pâtit de cette longue crise politique, la pire depuis sa rétrocession par le Royaume-Uni à la Chine en 1997.

Hong Kong connaît depuis début juin des manifestations quasi quotidiennes, et de plus en plus violentes, pour dénoncer l'ingérence jugée grandissante de Pékin et exiger des réformes démocratiques.

Le territoire, en vertu de sa 'Loi fondamentale' (sa constitution régionale), jouit d'une grande autonomie et de libertés inconnues en Chine continentale: liberté d'expression et de manifestation et justice indépendante.

Share