Jackpot pour les épargnants — Française des Jeux

Share

Cependant, toutes les fourchettes de prix dévoilées jeudi sont "indicatives" prévient la FDJ, qui souligne que les prix définitifs pourraient être définis "en dehors de ces fourchettes".

"La souscription est ouverte à compter du jeudi 7 novembre et jusqu'au mardi 19 novembre à 20 heures, pour les particuliers", a indiqué Bruno Le Maire. Le ministre a également fait savoir que le gouvernement avait fixé à 200 euros le seuil minimum de souscription.

La somme tirée de l'opération permettra d'abonder le fonds pour l'innovation et l'industrie. Les petits porteurs auront droit à un rabais de 2% sur le prix de souscription, avec la distribution d'une action gratuite pour dix détenues au bout de 18 mois.

" Les actions gratuites sont toutefois plafonnées à 5000 euros d'actions achetées", a prévenu Bruno Le Maire.

Interrogé sur les risques encourus par les épargnants, comme précédemment lors des privatisations de Renault ou EDF, le ministre de l'Economie s'est voulu rassurant, estimant que "les marchés ne sont pas comparables".

Ce projet de privatisation a suscité de vives critiques, en particulier au Parlement où les oppositions ont dénoncé une opération "court-termiste", une "aberration économique " ou encore "une erreur qui aura de graves conséquences en terme de santé publique", notamment dans la lutte contre l'addiction au jeu. Il disposera de trois représentants au conseil d'administration. C'est en tout cas ce que "souhaite" le locataire de Bercy. "Placer son argent dans les entreprises françaises comme la FDJ est un bon moyen pour avoir un meilleur rendement", assure Bruno Le Maire. Avec cinq jeux "milliardaires", c'est-à-dire récoltant plus d'un milliard d'euros de mises, comme l'Euromillions, la FDJ s'attend à une nouvelle progression des mises et de son chiffre d'affaires de 7% cette année, à respectivement 16,9 milliards et environ 2 milliards, et même une croissance de 19% de son excédent d'exploitation. L'Etat devrait donc tirer de l'opération entre 1,6 et 1,9 milliard d'euros, sans intégrer la décote de 2% annoncée pour les investisseurs particuliers, selon un calcul de l'AFP. Il recevra également 380 millions d'euros de l'entreprise en échange du monopole pour exploiter pendant 25 ans jeux de loterie et paris sportifs dans son réseau physique.

Les Français ont misé l'an dernier près de 16 milliards d'euros dans les jeux d'argent et de hasard de la FdJ.

Premier actionnaire de la loterie nationale avec 72% du capital, l'Etat français, pourrait engranger entre 1,2 et 1,7 milliard d'euros, en ramenant sa part à 20%.

Des boules de loto utilisées pour le tirage de l'Euro Millions dans les locaux de la Française des Jeux à Boulogne Billancourt (Hauts-de-Seine) le 29 septembre 2007.

Share