Bosco Ntaganda condamné à 30 ans de prison

Share

La Cour pénale internationale (CPI) a condamné, jeudi 7 novembre, l'ex-chef de guerre congolais Bosco Ntaganda à une peine de 30 ans de prison pour des crimes de guerre et contre l'humanité. Il a de plus reçu une peine de 14 ans pour l'esclavage sexuel d'enfants soldats enrôlés dans ses rangs.

Fin de parcours sanglant pour Ntaganda Bosco. Il est reconnu coupable de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre le 8 juillet 2019. Selon des ONG, plus de 60 000 personnes ont perdu la vie depuis l'éclatement en 1999 de violences dans cette région instable et riche en minéraux.

Le Congolais a été condamné à une peine de 28 ans pour le viol "systématique" de civils par ses troupes, y compris des fillettes de neuf et 11 ans. Général de l'armée congolaise de 2007 à 2012, il est devenu ensuite l'un des membres fondateurs du groupe rebelle M23, finalement été vaincu par les forces du gouvernement congolais en 2013.

A la suite de dissensions accompagnées de combats au sein du mouvement, M. Ntaganda est contraint de fuir au Rwanda, et de se réfugier à l'ambassade des États-Unis à Kigali, d'où il demandera son transfert à la CPI, une initiative inédite dans l'histoire de la juridiction.

Un porte-parole de la CPI a confirmé qu'il s'agissait de la peine la plus lourde jamais prononcée par la juridiction, créé en 2002 pour juger les pires atrocités commises dans le monde. Certains pays d'Afrique reprochent également à la CPI de viser principalement des suspects africains.

Share