Julie Graziani : des propos choc, des excuses... et de l'agacement

Share

Dans l'émission "24h Pujadas" sur LCI, lundi 4 novembre, elle devait commenter une séquence d'une visite du président de la République à Rouen. Ceux-ci intervenaient après la diffusion d'un reportage où une mère célibataire interpellait Emmanuel Macron en déclarant: "Je suis seule avec deux enfants, au SMIC". Je comprends très bien qu'elle ne s'en sorte pas, c'est sûr qu'elle ne s'en sort pas à ce niveau-là. "À un moment donné, quand on se rajoute des difficultés sur des difficultés, et des boulets sur des boulets, on se retrouve avec des problèmes", lance-t-elle carrément, sous les regards choqués de ses collègues.

"Si on est au Smic, il ne faut peut-être pas divorcer!", "Est-ce qu'elle a bien travaillé à l'école?" "Est-ce qu'elle a bien suivi des études?" Avant d'ajouter: "Si on est au Smic, faut peut-être pas divorcer dans ces cas-là!" Cette phrase de Julie Graziani prononcée sur le plateau de l'émission "24h Pujadas" a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, faisant réagir jusqu'au sein même du gouvernement. "Je vois pas trop comment on peut s'en sortir".

Sans surprise, la secrétaire d'Etat à l'égalité femme/homme a immédiatement réagi sur Twitter qualifiant les propos de " violent mépris des mères isolées ".

"Et enfin, quand j'étais jeune, nous vivions à 5 dans un 35 m², conclut Julie Graziani dans un troisième tweet". Sur Twitter, elle a écrit: "Chacun est responsable de ses parcours de vie". Tu as fait le mauvais choix de boulot, tu as fait le mauvais choix de mec, tu assumes. "Car même dans des situations difficiles, nous restons responsables des actes que nous choisissons et nous ne pouvons indéfiniment nous retourner vers l'État pour résoudre nos problèmes personnels ou pour nous victimiser", soutient-elle, ajoutant que "la solidarité devrait avant tout passer par la famille et les corps intermédiaires (tissu associatif local, solidarité de proximité, églises, œuvres de bienfaisance, etc.)".

Elle s'est ensuite excusée dans les colonnes de L'Incorrect.

On vous laisse découvrir découvrir la suite de son intervention aberrante et humiliante à l'encontre de cette mère célibataire dans l'extrait vidéo. "Vous savez que 96 % des bébés diagnostiqués trisomiques sont avortés avant leur naissance".

Cette classe dominante à la pensée rétrograde continue donc son oeuvre d'asservissement intellectuel des classes populaires et la parole, lorsque celle-ci est relayée en boucle, devient une arme redoutable pour distiller dans l'inconscient collectif toutes les idées de cette oligarchie au projet avilissant pour les plus fragiles de ce pays.

Share