Conflit - Un militaire français tué par un engin explosif au Mali

Share

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué "l'attaque à la bombe" ayant tué le militaire français.

L'explosion de l'engin artisanal a tué le soldat tarnais Ronan Pointeau, 24 ans, à 20 km d'Indelimane pendant une mission de sécurisation prévue de longue date, mais n'a "aucun lien" avec l'attaque de vendredi dans cette localité, a affirmé à l'AFP le porte-parole de l'état-major français, le colonel Frederic Barbry. Au nom de tous les habitants de Frontignan la Peyrade, je leur adresse mes plus sincères condoléances ainsi qu'à toute sa famille, ses amis et ses collègues du régiment. "Dans un contexte sécuritaire dégradé, la mort du brigadier Ronan Pointeau nous montre que le combat contre les groupes terroristes qui sévissent au Sahel n'est pas terminé et notre détermination à le poursuivre est entière", a déclaré la ministre des armées.

L'Élysée annonce ce samedi soir la mort d'un soldat français, tué en opération au Mali.

Le 7 juin 2016, il souscrit un contrat d'engagé volontaire de l'armée de Terre au 1régiment de spahis.

Selon la ministre des Armées Florence Parly, le brigadier Ronan Pointeau a succombé à ses blessures "après l'explosion d'un engin explosif improvisé près de Ménaka au Mali", près de la frontière avec le Niger. "Sportif aguerri et endurant", "particulièrement dynamique et entreprenant", le brigadier Pointeau est présenté comme un "élément moteur parmi ses pairs". Il est ainsi promu brigadier le 1 janvier 2019. Basés dans la préfecture de la Drôme, ces 750 militaires, héritiers des traditions du prestigieux régiment de spahis marocains, participent à la plupart des opérations extérieures françaises. Il a été tué dans l'accomplissement de sa mission, au service de la France " indique le ministère des armées.

Ses camarades conserveront la mémoire d'un Spahi déterminé, soucieux d'accomplir sa mission, mais également d'un véritable frère d'armes, bienveillant et généreux.

Share