Avec 0,3% au troisième trimestre, la croissance française confirme sa résistance

Share

La croissance de l'économie française a été meilleure que prévu au troisième trimestre, soutenue notamment par les dépenses engagées par le gouvernement pour répondre à la crise des "Gilets jaunes" qui ont stimulé la consommation des ménages. Selon une première estimation publiée mercredi 30 octobre par l'Institut national des statistiques et des études économiques (Insee), le Produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,3% entre juillet et septembre, comme lors des deux premiers trimestres de l'année. La France confirme ainsi sa résistance dans un environnement mondial et européen dominé par un ralentissement de la croissance.

Le revenu disponible des ménages a de son côté progressé de 1,4%, soit à un rythme plus rapide que la consommation finale (+0,7%), ce qui a permis d'accroître le taux d'épargne brut (+0,6 point de pourcentage, à 13,4%). Les économistes scrutent de près l'accélération de la consommation, traditionnellement le principal moteur de l'économie française.

Concernant les biens, les dépenses ont été tirées par la "forte augmentation" des immatriculations automobiles, tandis que les dépenses en énergie se replient (-0,3% après +0,8%) et les dépenses alimentaires se réduisent encore plus (-0,7% après -0,1%).

Au total, la contribution du commerce extérieur à la croissance du PIB est négative (-0,4 point), après une contribution nulle au trimestre précédent et la contribution des variations de stocks est quant à elle légèrement positive (+0,1 point après -0,2 point). Si l'investissement des entreprises est resté relativement stable (+1,2% après +1,1%), celui des ménages a nettement marqué le pas (+0,1% après +1,6%), "après la forte hausse des transactions immobilières au deuxième trimestre", détaille l'Insee. Le FMI sabre ses prévisions pour l'économie de la zone euro, l'Allemagne à la peineLa croissance française en baisse, Luc Besson attaqué en justice par les chasseurs de l'Orne... La Banque de France et l'OCDE estiment que l'activité économique devrait progresser de 1,3% cette année, après 1,8% l'an dernier.

Share