L'homme suspecté d'être Xavier Dupont de Ligonnès relâché par la police

Share

Dans la soirée du 11 octobre, l'arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès était annoncée.

L'effervescence est brutalement retombée, ce samedi midi.

Mise à jour: Les résultats de l'analyse ADN devraient être connus sous 24h.

Vendredi, 20h44: Coup de tonnerre.

Depuis huit ans, Xavier Dupont de Ligonnès est activement recherché. "L'analyse ADN est absolument formelle, cet individu n'est pas le suspect, c'est sûr à 150 % ", insiste une source proche de l'enquête. Dans les rédactions, c'est l'effervescence. Contrairement à ce qu'indiquait la police écossaise vendredi soir, Xavier Dupont de Ligonnès n'a pas été arrêté à Glasgow.

Toujours dans la matinée, BFM TV révélait que les empreintes digitales de l'homme interpellé ne correspondaient en réalité que "très partiellement" à celles de Xavier Dupont de Ligonnès. Les enquêteurs français ne sont pas encore sur place. Six jours plus tard, les corps de sa femme et de ses quatre enfants étaient découverts, enterrés sous la terrasse de la maison familiale, enroulés dans des draps et de la chaux. Neuf proches de la famille reçoivent de leur côté une lettre expliquant le départ soudain de toute la famille pour les Etats-Unis par la double vie d'agent secret qu'aurait eu Xavier Dupont de Ligonnès. L'homme interpellé voyageait avec un passeport valide au nom de Guy J., qui vit à Limay, dans les Yvelines.

Les enquêteurs vont faire des vérifications auprès de la personne qui a été arrêtée à l'aéroport pour s'assurer que c'est bien M. Dupont de Ligonnès.

"Même incrédulité chez Jacques, ami " depuis 20 ans " avec Guy Joao, présenté comme un homme d'origine portugaise, mais " de nationalité franco-britannique ". J'ai été à son mariage en Écosse. "Quand on a acheté la maison, il travaillait de nuit chez Renault", insiste-t-il. À son arrivee à Glasgow, il a été contrôlé, et selon la police anglaise, ses empreintes correspondent. Il est né à Limay, On est amis depuis plus de 45 ans.

8h45: Au téléphone, le procureur de Nantes réitère son appel à la prudence. Il se rendait régulièrement en Ecosse pour rendre visite à sa femme.

10h50: Une dépêche "urgente" et lapidaire tombe à l'AFP. L'information révélée par Le Parisien s'est dégonflée spectaculairement samedi matin. En Ecosse, les critères pour établir une correpondance entre deux empreintes sont moins stricts qu'en France; cinq points de comparaison sont nécessaires, quand la France en demande plus d'une dizaine. "Il y a une suspicion sur les empreintes, mais c'est en cours de vérification, en cours de confirmation". Les deux jeunes gens se perdent de vue, mais quand Xavier revient à Versailles après un périple aux États-Unis, il recroise la route d'Agnès qui a eu un enfant, Arthur, un an, avec un autre homme. Samedi, à 13 heures, des tests ADN pratiqués par des experts de la justice française sur l'homme arrêté à Glasgow ont démontré qu'il ne s'agissait pas de Xavier Dupont de Ligonnès, en cavale depuis huit ans.

Share