Simone Biles établit un nouveau record — Mondiaux de gymnastique

Share

Avec un total de 172,330 points, Biles et ses coéquipières ont devancé les Russes (166,529 points) et les Italiennes (164,796 points).

Après des qualifications très convaincantes achevées en quatrième position (166,712), les Bleues, représentées, outre De Jesus Dos Santos, par Marine Boyer, Lorette Charpy, Aline Friess et la jeune gymnaste d'Avoine/Beaumont (Indre-et-Loire) Claire Pontlevoy, ne cachaient pas leur profonde déception de ne pas avoir su se faire une place sur un podium à leur portée.

La petite bombe texane n'a pas dérogé à ses standards d'excellence pour sa première finale de la semaine, en se montrant particulièrement étincelante d'entrée de concours au saut (15,400), puis en clôture au sol (15,333), "sa meilleure variation de la compétition jusque-là", illuminée par son fameux triple-double. Simone Biles a cette fois décidé de faire encore plus fort.

Le samedi de Simone Biles est historique. bien qu'il aurait pu l'être encore plus.

A 22 ans, la championne américaine continue d'étoffer sa collection record de couronnes mondiales, et, avec désormais 22 médailles à ce niveau, n'est plus qu'à une unité du record absolu établi par la légende bélarusse Vitaly Scherbo (23).

La quadruple championne olympique en titre aura de multiples chances de l'égaler, et même de le dépasser: il lui reste à disputer les quatre finales par agrès sur les tapis allemands, au saut et aux barres asymétriques samedi, à la poutre et au sol dimanche.

Olsen, médaillée d'argent de la finale au cheval sautoir aux Championnats du monde de 2018, a obtenu des notes de 14,600 à son premier saut et de 14,866 lors de sa deuxième tentative, pour une moyenne de 14,733.

Les gymnastes françaises ont payé cher plusieurs chutes, les deux premières aux barres pour Pontlevoy, la troisième à la poutre pour De Jesus Dos Santos. "Ça m'a vraiment cassé le truc, raconte De Jesus Dos Santos. J'étais tellement à fond que de voir les deux chutes, ça m'a complètement attristée".

Les Françaises auront l'occasion de prendre leur revanche sur la scène olympique, l'été prochain, à Tokyo.

Share