EDF nomme un nouveau directeur pour l'EPR de Flamanville

Share

Les réparations s'annoncent complexes, car elles concernent huit soudures difficilement accessibles, situées dans la traversée de l'enceinte de confinement, la grosse structure de béton qui doit retenir les éléments radioactifs en cas d'accident. Dans la foulée, l'énergéticien avait prévenu que ce rebondissement de situation risquait de retarder une nouvelle fois la livraison de l'installation atomique, tout en alourdissant encore la facture finale.

EDF rencontre aussi des difficultés sur son chantier anglais. La Direction industrielle qui sera dirigée par Laurent Thieffry " porte l'expertise de la filière nucléaire au sein d'EDF dans les domaines des matériaux, de la chimie et des géosciences", précise le groupe.

L'électricien, qui a opté pour l'utilisation de robots pilotés à distance, se fixe pour objectif que l'ASN valide ce mode d'intervention au plus tard à la fin de l'année 2020, date à laquelle EDF pourra engager les travaux. Malgré tout, cette décision impacte inévitablement le calendrier et la facture des travaux. Ce scénario privilégié conduit " à réestimer le coût de construction à 12,4 milliards d'euros, soit une augmentation de 1,5 milliard", a souligné EDF. Initialement, Areva alliée à l'allemand Siemens (qui s'est depuis retiré) prévoyait un budget de 3,3 milliards d'euros pour Flamanville et une livraison en 2012.

Share