Climat. Des militants d’Extinction Rebellion bloquent la rue de Rivoli à Paris

Share

"Rendez-nous les vers de terre", "notre maison brûle".

Certains d'entre eux occupaient des hamacs pendus entre les piliers du pont pour bloquer le passage de bâteaux, selon une photo relayée par Extinction Rebellion.

D'autres, assis sur la chaussée en position de méditation, ou debout derrière tenant une large banderole "Ici on cultive, assemblée citoyenne", barraient d'autres rues autour du bâtiment où les députés ne siégeaient pas samedi, comme on peut le constater sur les images du journaliste indépendant Clément Lanot.

Dans le cadre de la mobilisation internationale d'Extinction Rebellion, ces militants occupent depuis lundi après-midi cette partie du centre de la capitale. "Aujourd'hui on se retrouve plus à faire vivre un festival qu'une opération de désobéissance civile", a analysé un des activistes, en proposant un vote pour la levée de la "majorité" du camp, avec le maintien d'un plus petit blocage côté sud de la place du Châtelet, au niveau des quais de Seine et du pont au Change. Le but: réclamer davantage d'action contre le réchauffement climatique. Nettoyage demandé à la mairie, en cours depuis 10h. Présentes sur place, les forces de l'ordre peinent à évacuer les manifestants.

"La police n'est pas notre ennemie, nos ennemis ce sont les industriels qui exploitent le vivant et les Etats qui les laissent faire", a lancé dans un micro un participant, casquette et lunettes de soleil.

Le blocage du pont, qui relie différentes grandes artères du centre d'Amsterdam, était non autorisé par les autorités et les forces de l'ordre, a rappelé la police, avant de procéder aux arrestations de militants qui refusaient de quitter les lieux.

Share