"Macron pour un sursaut européen? Pourquoi pas?" — François Fillon

Share

Tout commence par un regard bienveillant envers le Président. "Pourquoi pas?" a répondu François Fillon, qui ignorait sans doute à ce moment que la candidate d'Emmanuel Macron avait été sèchement retoquée par le Parlement européen. Les électeurs de droite qui ont voté Macron ont-ils eu raison? "Honnêtement je ne sais pas", a-t-il ajouté. Car il s'agissait d'une protestation autrement plus protéiforme que la contestation d'une réforme, fut-elle douloureuse, puisque les gilets jaunes étaient en révolte à la fois contre la hausse des carburants, le manque de services publics, les pensions alimentaires impayées, le sentiment de déclassement et d'abandon, et.la mondialisation.

Mais François Fillon étrille aussi Emmanuel Macron pour sa gestion de la crise des Gilets jaunes.

"Si on réfléchit bien, c'est pas grand-chose, cette affaire de Gilets jaunes". L'ex-candidat de la droite à la présidentielle a établi une comparaison avec ce qu'il a connu, lorsqu'il était au gouvernement sous la présidence Chirac: "Je vais être un peu prétentieux mais quand j'étais ministre des Affaires sociales [2002-2004], j'ai fait une réforme des retraites, j'ai mis deux millions et demi de personnes dans la rue".

"Macron est un petit joueur". À cette époque, il détaille avoir fait descendre dans les rues pour manifester entre 2 millions et 2,5 millions de personnes.

Il dit regretter que, "pourtant, [Macron] a reculé parce qu'il y a cette puissance de l'image, cette puissance médiatique et des réseaux sociaux qui fait croire que, tout à coup, le pays est à feu et à sang".

Aucune nostalgie mais des "regrets", des "remords" et de la "rancune", ressentie notamment après sa défaite en 2017. Je tourne la page. Maintenant, il y a des comportements humains qu'on ne peut pas pardonner... Depuis une vingtaine d'années, il y a des batailles uniquement personnelles, uniquement individuelles, d'ego, et il n'y a pas beaucoup de débats idéologiques!

Cultive-t-il toujours des ambitions politiques? Interviewé en Suisse, l'ancien Premier ministre est notamment revenu sur le mouvement des Gilets jaunes. Aujourd'hui président de la Commission des constructeurs de la Fédération internationale de l'automobile, M. Fillon affirme en tout cas qu'il exclut un retour en politique: "J'ai choisi une autre vie qui me satisfait pleinement".

Share