Journée historique pour les femmes en Iran — Football

Share

Très vite après la révolution islamique de 1979, les Iraniennes se sont vu refuser l'accès aux stades pour les compétitions de soccer masculin, officiellement pour les protéger de la grossièreté masculine.

C'est la venue, il y a quelques semaines, d'une délégation de la Fédération internationale des associations de football (Fifa), consécutive au décès de Sahar Khodayari, et les menaces concrètes de sanctions brandies par les officiels, qui ont permis cette ouverture inédite, après plusieurs années de pression en ce sens par l'instance internationale régentant le football à échelle planétaire, "pour assurer la liberté et la sécurité de toutes les femmes engagées dans cette bataille légitime pour mettre fin aux interdictions d'entrer dans les stades", selon tes termes de son dernier communiqué.

Ce n'est pas la première fois depuis l'instauration de cet interdit que des femmes assistent à une rencontre masculine dans un stade en Iran, mais c'est la première fois qu'elles y assistent en si grand nombre, et surtout après avoir pu acheter elles-mêmes leur billet.

"Jugeant insupportable le quota imposé par les autorités, une campagne sur Twitter appelle à accorder davantage de sièges aux femmes avec ce mot-clic: "#WakeUpFIFA (" FIFA, réveille-toi ").

Journaliste sportive, Raha Pourbakhsh montre fièrement à l'AFP son billet électronique sur son téléphone portable. "Après toutes ces années [.] à regarder tout à la télévision, je vais maintenant pouvoir vivre ça en personne", dit-elle. Sazandégui, autre quotidien réformateur, affichait sur toute sa une la photo de deux supportrices en liesse avec ce titre: "Les femmes de la Liberté". Mais "elles le regretteront" juge-t-il, si elles se retrouvent exposées à "des injures vraiment grossières" ou à de "mauvais comportements". Une première en Iran depuis près de 40 ans.

Les Iraniennes, elles, avaient dû attendre 2005: seules quelques dizaines avaient alors pu assister à une rencontre Iran-Bahreïn. Depuis, les autorisations ont été rares.

Ce projet continue néanmoins de se heurter à l'opposition du clan ultraconservateur.

Pour le journal économique Donya-yé Eqtessad, la décision d'autoriser la vente de tickets à des femmes pour Iran-Cambodge est une mesure visant à "libérer le football iranien de la menace de sanctions de la Fifa". En effet, si des femmes pourront assister au match de ce jeudi, elles ne pourront pas se mélanger à la gent masculine.

Amnistie internationale a qualifié pour sa part de " coup publicitaire cynique " la décision de n'autoriser qu'un " nombre symbolique de femmes " à assister au match.

Share