Canada: Débat: le rival de Trudeau contre-attaque - Monde

Share

Alors que le chef du parti libéral et candidat à sa réélection le 21 octobre avait mis son rival en difficulté sur l'avortement lors d'un premier débat en français la semaine dernière, il a cette fois subi des attaques vigoureuses de M. Scheer, notamment sur son rôle dans un scandale de pressions sur la justice qui a miné la fin de son mandat. Vous vous êtes immiscé dans une procédure pénale en cours... quand avez-vous décidé que les règles ne s'appliquent pas à vous? Quand une poursuite (se) rend à la Cour suprême, le gouvernement a le droit de regarder ce qui se passe.

PolitiqueAu lendemain du seul débat des chefs en anglais de la campagne fédérale où six chefs de grands partis ont pu s'affronter, les uns et les autres sont revenus sur leur performance de la veille.

Plus à l'aise dans sa langue maternelle que lors du débat en français, M. Scheer a critiqué le bilan économique du Premier ministre sortant ainsi que la taxe carbone fédérale mise en place par celui-ci. Trudeau et Scheer, le premier défendant son bilan environnemental et le second reprochant à son rival de mentir sur celui-ci.

Le chef libéral, Justin Trudeau, a refusé de se mouiller, dimanche, face à la volonté du gouvernement de François Legault d'interdire la formule "Bonjour-Hi!" dans les commerces et les services publics du Québec.

" Vous n'avez pas à choisir entre M. Délai (Justin Trudeau) et M. Déni (Andrew Scheer) ", est intervenu en plaisantant Jagmeet Singh, chef du Nouveau parti démocrate (gauche), qui a renvoyé dos à dos les deux dirigeants et s'est présenté comme la véritable alternative.

"On a besoin de Québécois forts dans un gouvernement qui va lutter contre Doug Ford, contre Jason Kenney, contre les pétrolières", a ajouté M. Trudeau, qui annonçait à Markham, où la course est très serrée avec les conservateurs et le NPD, que sa première décision sera de baisser les impôts des Canadiens, particulièrement pour la classe moyenne. Et à Gatineau, Yves-François Blanchet a exprimé sa lassitude d'avoir eu à discuter, encore, de laïcité. Sa formation pointe désormais à la troisième place dans les intentions de vote, devant les Verts d'Elizabeth May. Le chef du Parti populaire, Maxime Bernier, était de retour dans ses terres en Beauce et prévoyait tenir une conférence de presse à Saint-Georges mardi.

Share