Tuerie de la préfecture de police: l'hommage national de Macron aux victimes

Share

Emmanuel Macron rend hommage mardi aux quatre fonctionnaires de la préfecture de police de Paris tués par leur collègue radicalisé, une attaque sans précédent qui continue de susciter questions et critiques contre le ministre de l'Intérieur.

Selon les premiers enseignements de l'enquête, confiée depuis vendredi au parquet antiterroriste, cet homme de 45 ans a pu adhérer à l'islam radical et fréquenter des personnes proches des milieux salafistes, alors qu'il était employé dans le prestigieux service de renseignement de la PP. Il revient notamment aux enquêteurs de déterminer la quantité d'informations sensibles auxquelles l'assaillant a pu avoir accès à la préfecture, où il travaillait depuis 2003.

Les quatre victimes recevront à titre posthume la Légion d'honneur. A ce moment-là, il lui aurait annoncé qu'"il n'y avait pas de sujet avec Mickaël Harpon et qu'il gérait à son niveau". Une démission qu'a exclue Christophe Castaner tout en reconnaissant un "dysfonctionnement d'Etat".

Ils ne savent pas non plus si ces informations ont été partagées par Mickaël Harpon, quel usage il en avait fait ou comptait en faire.

L'épouse de Mickaël Harpon, placée en garde à vue depuis jeudi, a été remise en liberté. Les enquêteurs cherchaient d'éventuels éléments incriminant cette mère de deux enfants qui s'était inquiété "du comportement inhabituel et agité" de son époux la veille de l'attaque et avait échangé avec lui 33 SMS le matin des faits. Il s'agit d'une clé USB, qui, selon plusieurs sources, contient des vidéos de l'Etat islamique et des données personnelles de collègues de Mickaël Harpon.

"Plusieurs collègues de l'intéressé ont ainsi révélé avoir noté, dans le passé, chez lui, des signes de radicalisation, et déclarent en avoir alerté leur hiérarchie ou pris conseil auprès de collègues spécialistes de ces problématiques", selon le rapport.

Share