La NBA défie la Chine et la crise grandit — Hong Kong

Share

Soutien à Hong Kong" : "le tweet du directeur général du club de basket-ball américain Houston Rockets ne passe pas en Chine. Alors que la Ligue nord-américaine de basket booste son développement en Europe et en Asie depuis plusieurs années, elle est confrontée à la colère de nombreux fans chinois.

"Le problème est que certains sujets constituent des problèmes intouchables dans certains pays, sociétés et communautés", a écrit sur Facebook le co-fondateur du géant chinois de l'e-commerce Alibaba.

Les excuses de la NBA sont loin de faire l'unanimité aux États-Unis, et particulièrement dans le Texas. "En réponse, la NBA choisit son portefeuille plutôt que ses principes". Avant d'en remettre une couche: "Nous ne nous excusons pas pour le fait que Daryl fasse usage de sa liberté d'expression".

"Nous valons mieux que ça, les droits humains ne devraient pas être à vendre et la NBA ne devrait pas soutenir la censure communiste chinoise", a tweeté l'ex-sénateur républicain Ted Cruz, évoquant un "honteux rétropédalage".

C'est désormais à se demander si la double confrontation, les 10 et 12 octobre en Chine, entre Nets et Lakers, qui viennent également d'arriver sur place, aura bien lieu. "Il existe des valeurs qui font partie de cette ligue depuis ses débuts, et qui incluent la liberté d'expression", a-t-il ajouté, pour répondre aux critiques des élus américains.

L'affaire rebondit de nouveau ce mardi, la NBA et les Brooklyn Nets annulant brusquement un événement prévu à Shanghai. En effet, la franchise texane est très appréciée en Chine depuis qu'elle a repêché en 2002 Yao Ming, le célèbre pivot chinois. Des joueurs des Nets, le propriétaire taïwano-canadien de l'équipe Joseph Tsai et des dirigeants de la NBA Chine étaient attendus à une opération de promotion avant des matches d'exhibition contre les Los Angeles Lakers cette semaine.

"Nous les apprécions en tant que fans, nous aimons tout ce qu'il y a là-bas par rapport à eux, et nous apprécions le soutien qu'ils nous donnent individuellement et en tant qu'organisation". Dans la foulée, la Fédération chinoise de basketball a annoncé la suspension de toutes les coopérations avec l'équipe Houston Rockets. "Nous faisons part de notre profond mécontentement et de notre profonde opposition quant à l'utilisation par Adam Silver du prétexte de la liberté d'expression afin de soutenir Daryl Morey", indique la chaîne.

Conséquence directe du tweet, et non des moindres, la télévision publique chinoise a annoncé ce mardi qu'elle allait "suspendre" la diffusion de matchs d'exhibition NBA en Chine, alors que l'Etat chinois a condamné dans le même temps les "propos erronés" du GM des Rockets.

"La NBA ne va pas chercher à réglementer ce que les joueurs, les employés et les propriétaires d'équipe disent ou ne disent pas sur ces questions", a-t-il indiqué. "Nous estimons que tout propos qui remet en cause la souveraineté nationale et la stabilité sociale n'entre pas dans le champ de la liberté d'expression", souligne-t-elle sur le réseau social Weibo. La suite au prochain épisode.

Share