Selon l'ANSM, l’aspirine, le paracétamol et l’ibuprofène pourraient disparaître des rayons

Share

La mesure pourrait s'appliquer dès janvier 2020 et concernerait 36 produits préparés à partir de paracétamol et 46 avec de l'ibuprofène.

Les risques d'un mauvais usage sont-ils les mêmes dans le cas de médicaments contenant du paracétamol et les anti-inflammatoires non stéroïdiens, comme l'ibuprofène et l'aspirine? Néanmoins, dans chaque officine, c'est toutefois laissé à l'appréciation de chaque pharmacien, qui parfois les place derrière son comptoir. L'Agence du médicament, l'ANSM, souhaite que ces anti-douleurs soient rangés derrière le comptoir des pharmacies, dès janvier 2020. La mesure ne changerait donc pas le fait qu'ils soient disponibles sans ordonnance.

En effet, le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie dans certains cas de surdosage. "Ce sont des médicaments très utilisés, c'est bien que les patients puissent y avoir accès, mais il faut faire le maximum pour qu'ils soient utilisés correctement", explique à l'AFP le Dr Philippe Vella, directeur des médicaments antalgiques à l'ANSM, en insistant sur l'importance du rôle du pharmacien. Une "procédure contradictoire" est en cours auprès des laboratoires concernés pour connaître leur avis. D'après l'enquête sur cette affaire qui avait provoqué une vague d'émotion en France, la jeune Strasbourgeoise avait absorbé du paracétamol pendant plusieurs jours par automédication. Pour un adulte sain de plus de 50 kilos, la dose maximale pour une période de 24 heures est de 3 grammes, c'est-à-dire 1 gramme par prise avec au moins 6 heures entre chaque prise.

Paracétamol: Attention, au surdosage!

La durée maximale de traitement recommandée est par ailleurs de "3 jours en cas de fièvre, 5 jours en cas de douleur, en l'absence d'ordonnance", précise l'ANSM. C'est à l'issue de cette procédure que la décision finale sera prise.

"En cas de douleur et/ou fièvre, notamment dans un contexte d'infection courante comme une angine ou une toux", il faut "privilégier l'utilisation du paracétamol en respectant les règles de bon usage", souligne l'ANSM. De leurs côtés, associations de patients et pharmaciens ont d'ores et déjà fait savoir qu'ils étaient favorables à cette mesure.

Share