La compagnie XL Airways interrompt tous ses vols dès ce lundi

Share

Voilà ce qu'a publié la compagnie ce lundi dans un communiqué.

La compagnie française a annoncé le 30 septembre qu'elle suspendait ses opérations: "en grande difficulté économique, XL Airways se voit malheureusement dans l'obligation de suspendre tous ses vols à compter du 30 septembre 2019 à 15H00 locale Paris jusqu'au jeudi 3 octobre inclus". Elle attend désormais une décision du tribunal de Bobigny sur ses opportunités de reprise d'ici le 2 octobre. Rappelons que la compagnie emploie 570 collaborateurs et a transporté en 2018 quelque 730 000 passagers avec quatre Airbus A330, tous en leasing.

Nous n'avons pas été en mesure de trouver l'investisseur capable d'accompagner la continuité et le développement de notre business model. Après s'être battu avec l'énergie du désespoir ces derniers jours pour réveiller d'éventuels repreneurs, Laurent Magnin, son PDG, a confié son impuissance à Tourmag: "on jette l'éponge".

En effet, elle n'avait besoin que de 35 millions d'euros pour être relancée et poursuivre son plan de redressement mais le tribunal de Bobigny n'a reçu que des marques d'intérêt en une semaine et aucune offre ferme.

Plusieurs compagnies, dont la pionnière Norwegian Air Shuttle en 2016, proposent des prix bas sur des liaisons long-courriers transatlantiques au départ de Paris, avec des prix d'appel très attractifs, en misant sur une segmentation de l'offre (bagage en soute, divertissement à bord ou repas payants), des coûts réduits grâce à des synergies entre compagnies d'un même groupe, des avions flambant neufs moins gourmands en kérosène et un coût de la main-d'oeuvre inférieur à celui d'une compagnie classique.

Le secrétaire d'État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari avait indiqué le 20 septembre, au lendemain de l'annonce par la compagnie de sa situation de cessation de paiement, avoir activé le système d'entraide internationale permettant aux passagers d'XL Airways, bloqués à l'étranger de bénéficier d'une solution de rapatriement.

La souffrance du pavillon français est une réalité après la chute d'Aigle Azur vendredi dernier.

Share