États-Unis. 46 000 employés de General Motors appelés à la grève

Share

'Nous avons défendu General Motors quand ils avaient le plus besoin de nous', a déclaré Terry Dittes, vice-président de l'UAW.

Lancées en juillet, les négociations sont pour le moment au point mort.

La décision de la grève a été prise "au lendemain de la notification (.) à la direction de General Motors que le syndicat n'accepterait pas d'étendre la convention collective", est-il détaillé dans le communiqué.

Cette grève risque de lui coûter jusqu'à 100 millions d'USD par jour mais son coût pourrait s'alourdir si elle se prolongeait, estime Arthur Wheaton, enseignant à l'Université Cornell.

Côte General Motors, on regrette que l'UAW " ait choisi de faire grève ce soir", considérant cette décsiosn comme " décevante ".

Également en négociation avec Ford et Chrysler, le syndicat est parvenu vendredi à un accord dans ces deux groupes.

Des membres du syndicat de l'UAW en grève devant l'usine GM à Flint. Selon lui, il existe un écart notable entre les revendications des syndicats et les propositions de la direction sur les salaires, les prestations de soins de santé, le statut des travailleurs temporaires et la sécurité de l'emploi.

Dans le même temps, la direction de GM a annoncé avoir présenté une 'offre solide' comprenant plus de 7 milliards de dollars d'investissements, la création de plus de 5 400 emplois et des salaires plus élevés. "Nous avons négocié de bonne foi et avec un sentiment d'urgence", affirme encore GM ajoutant vouloir " bâtir un avenir solide pour les employés et l'entreprise ". Cette grève chez ARAmark, un sous-traitant gérant la maintenance dans les installations de GM dans le Midwest, était considérée comme un prélude à un débrayage potentiel des 46 000 cols bleus employés par le constructeur. Une politique qui a toutefois conduit les constructeur à fermer des usines et à supprimer des emplois aux Etats-Unis. Enregistrant une hausse de son profit net de 1,2% à 2,41 milliards de dollars au deuxième trimestre.

"Je ne veux pas que GM construise des usines en Chine, dans d'autres pays (.) GM réalise la majorité de ses bénéfices aux États-Unis", a déclaré le président, Donald Trump, disant espérer que la grève soit de "courte durée".

Share