" "Charles " Charlot " Gérard, comparse de Belmondo, est mort

Share

Ils avaient partagé l'affiche dans L'Incorrigible, L'Animal, ou Flic ou voyou.

"C'est une grande perte", estime le réalisateur français, "parce que c'était le copain idéal, c'est vraiment un homme qui amenait constamment son talent parce qu'il était d'une spontanéité idéale".

Pour ses débuts au cinéma, Charles Gérard préfère être derrière la caméra que devant. Au cours des années 1960, il réalise des polars de série B comme L'Homme qui trahit la mafia avec Robert Hossein, ou L'ennemi dans l'ombre avec Roger Hanin. À l'époque, il est également journaliste pour l'émission sportive " Les coulisses de l'exploit ". "Y en a qui rentrent à la Comédie Française... y en a qui rentrent chez Lelouch", résumait ainsi l'acteur, apparu dans une vingtaine de longs-métrages du réalisateur. Il aura aussi collaboré avec Claude Pinoteau (La Gifle), Philippe de Broca (L'Incorrigible), Henri Verneuil (Le Corps de mon ennemi), Francis Veber (Le jouet), Claude Zidi (L'Animal), Georges Lautner (Flic ou voyou, Le Guignolo) ou Fabien Onteniente (Turf). Jean-Paul a toujours été d'un grand secours " racontait-il à BFMTV en 2013".

Les compères enrichissent leur amitié de leur passion commune du sport: la boxe, mais aussi le foot et le tennis. Charlot " apparaît encore une fois à l'écran en 2015, dans " La Dernière Leçon " de Pascale Pouzadoux, aux côtés de Sandrine Bonnaire et Marthe Villalonga.

Victime d'un gros coup de fatigue fin août, Charles Gérard, 96 ans, avait été admis dans un hôpital parisien et depuis, semble-t-il, Jean-Paul Belmondo, 86 ans, déjà très affecté par la disparition progressive de ses copains de la "bande du conservatoire" (Mocky pour le plus récent) restait enfermé chez lui, terrassé de chagrin.

Share