"Blackface": Trudeau dans la tourmente après de nouvelles images embarrassantes

Share

Cette controverse survient en pleine campagne électorale; d'ailleurs, les chefs des partis d'opposition à Ottawa ont dénoncé M. Trudeau. Il a ainsi tenté d'expliquer cette image le 18 septembre en conférence de presse en marge de sa campagne: "C'est quelque chose que je ne considérais pas comme raciste à l'époque, mais je reconnais aujourd'hui que c'était raciste, et j'en suis profondément désolé".

"Pour lui, ça tombe mal. On est en campagne électorale, il va payer quelque part sur le plan de la perception la perte de virginité qu'il affichait à ce jour relativement au respect de la diversité", a soutenu l'ancien député, qui a siégé à Ottawa entre 2004 et 2008.

"C'est blessant quand il y a une représentation théâtrale par exemple, ou cinématographique ou télévisuelle, mais là, encore à sa décharge, il est dans un cadre privé où il y a un thème", a déclaré l'ex-homme politique. [.] Je me suis déguisé avec un costume d'Aladdin et je me suis maquillé.

A plusieurs reprise, il a évoqué l'erreur de jeunesse et s'est confondu en excuses."C'était une erreur (.) Je regrette profondément. Je m'excuse profondément. Je demande pardon aux Canadiens", a-t-il martelé, tout en excluant de démissionner. "Toute ma vie j'ai travaillé pour créer des opportunités pour les gens, pour lutter contre le racisme et l'intolérance", a-t-il ajouté, implorant les Canadiens de le pardonner. "Je n'aurais pas dû le faire", a reconnu le Premier ministre.

Plusieurs célébrités ont été épinglées ces dernières années pour avoir arboré un "blackface", pratique qui remonte aux "minstrel shows" américains nés dans la première partie du 19ème siècle, des spectacles pendant lesquels des Blancs se noircissaient le visage pour jouer des Noirs et se moquer d'eux. "Mais en coulisses, on dirait qu'il y a un différent M. Trudeau". Ce dernier, qui est de confession sikhe et qui porte un turban, est également le premier chef de parti fédéral issu d'une minorité visible.

Le candidat élu cinq fois à la Chambre des communes dit apprécier que dans les circonstances le chef libéral se soit excusé abondamment, sans chercher à se défiler, qu'il ait nommé [la pratique du brownface] par son nom, immédiatement, et ait parlé de son évolution depuis en tant que personne.

Share