La Fed injecte des milliards de dollars de liquidités

Share

Les responsables de la banque centrale américaine ont annoncé mercredi une baisse de 25 points de base, soit un quart de point de pourcentage, de leurs taux au jour le jour, à l'issue d'une réunion de politique monétaire.

Malgré tout, la décision de la banque centrale risque de déplaire au président Trump, qui a attaqué verbalement la Fed et a insisté pour qu'elle réduise les taux de façon plus dynamique.

La légère remontée de l'inflation observée en août n'a pour l'instant pas fait changer la Fed d'opinion sur la trajectoire des prix qui reste "sous les 2%".

La décision de ce soir n'est pas une surprise, et était attendue par les marchés: selon le baromètre FedWatch de CME, les probabilités d'un tel scénario étaient de plus de 70%, ce soir, à quelques minutes de la publication du communiqué.

Le Comité monétaire est apparu très divisé sur la décision de la Fed, trois membres ayant voté contre, sept pour. C'est la plus forte opposition rencontrée par le président, Jerome Powell, depuis qu'il a pris les rênes de l'institution début 2018.

Comme en juillet, deux membres se sont opposés, jugeant inutile de stimuler plus l'économie.

La dernière dissension d'une telle ampleur au sein du FOMC remonte à septembre 2016 sous la houlette de Janet Yellen.

Jay Powell et la Réserve fédérale échouent encore. Aucune audace, aucun sens, aucune vision!

Mercredi, la Fed a également relevé légèrement sa prévision de croissance pour les États-Unis à 2,2 % cette année contre 2,1 % précédemment. L'intention des membres de la Fed est de ne pas baisser à nouveau les taux d'ici la fin de l'année.

Pour autant, elles ne présagent pas des décisions puisque les participants aux projections ne sont pas tous membres votants.

Interrogé sur le recours à des taux négatifs en cas de ralentissement, comme le font l'Europe et le Japon, il s'est montré peu enthousiaste. Mais ces taux de repo se sont brutalement tendus, atteignant 6 % lundi après-midi et 10 % mardi matin, précise le Financial Times.

A propos des marchés monétaires, sur lesquels la Fed est intervenue ces deux derniers jours pour pallier un manque de liquidités pour les banques et les entreprises, M. Powell a assuré que ces turbulences n'avaient "pas d'incidence sur l'économie ni sur la politique monétaire". Concernant de futurs ajustements du niveau de ces taux, elle indique qu'elle agira "de manière appropriée" en fonction de l'évolution des données économiques et des "développements financiers et internationaux", sans mentionner directement dans son communiqué le dossier commercial, les récentes tensions du Golfe ou encore le stress de liquidités cette semaine, qui a contraint l'antenne de New York d'injecter hier et aujorurd'hui 128 milliards de dollars sur le marché.

Share