La Bourse de Paris choisit d'attendre la Fed sans s'exposer

Share

L'Eurostoxx termine en hausse de 0,08% à 3'521,26 points.

Les Bourses européennes ont limité la prise de risque mercredi avant une réunion très attendue de la Réserve fédérale américaine (Fed), sur fond de tensions géopolitiques au Moyen-Orient.

A Wall Street vers 16H15 GMT, le Dow Jones Industrial Average reculait de 0,27%, à 27.036,80 points, l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 0,39%, à 8.154,38 points, et l'indice élargi S&P 500 0,29%, à 2.996,98 points.

La cote parisienne a ouvert à l'équilibre avant d'accélérer légèrement la cadence.

"Le marché s'est montrée relativement optimiste aujourd'hui" pendant une bonne partie de la séance. "La cote était polarisée sur la Fed avec l'espoir d'une nouvelle baisse des taux directeurs et un discours très accommodant", a souligné auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, gérant actions chez Dôm Finance.

Jerome Powell, le président de l'institution, devrait annoncer dans la soirée une légère baisse des taux directeurs pour compenser les risques que font peser les tensions commerciales sur l'économie américaine.

Mais mercredi en fin d'après-midi, le porte-parole du ministère de la Défense de l'Arabie saoudite a affirmé que les attaques contre deux de ses installations pétrolières provenaient du "Nord" et ont été "incontestablement" parrainées par l'Iran.

Cela a un peu refroidi les investisseurs, alors que la situation semblait en voie de normalisation après la confirmation par le ministre de l'Energie que la production pétrolière de son pays serait rétablie fin septembre.

Poids lourd de la cote, Total grimpait de 2,43%à 47,78 euros, TechnipFMC gagnait 4,62% à 23,78 euros, Maurel&Prom progressait de 5,28%à 3,09 euros et CGG de 3,58% à 2,29 euros, dans un marché en recul de 0,73%. Le groupe a annoncé mercredi que six réacteurs nucléaires en exploitation en France étaient concernés par des problèmes de fabrication de certains composants découverts la semaine dernière, mais qu'ils étaient jugés à ce stade aptes au service.

Airbus a gagné 0,71% à 122,82 euros.

Icade cédait 2,58% à 79,45 euros après que Goldman Sachs a abaissé sa recommandation à "neutre" contre "acheter". Selon le groupe, la flotte mondiale d'avions de ligne va plus que doubler au cours des 20 prochaines années, ce qui va entraîner un besoin de 39.210 avions et cargo neufs d'ici à 2038.

En matière de valeurs, les pétrolières évoluaient en ordre dispersé après leur bond de la veille dans le sillage du brut.

Share