Patrick Balkany condamné à quatre ans de prison avec incarcération immédiate

Share

Fin de l'acte 1. Or, rien ne prouve ces assertions et s'il appartient à l'accusation de démontrer que la manne est frauduleuse, les montants considérables visés par la prévention - 13 millions d'euros au total, base de poursuites pour blanchiment et corruption qui feront l'objet d'un jugement séparé en octobre - permettent à un esprit rationnel d'écarter la piste des économies au sens communément admis.

Son épouse et première adjointe Isabelle a été condamnée à trois ans de prison ferme mais sans mandat de dépôt, le tribunal tenant compte de son état de santé au moment du procès. Sa femme, Isabelle, a été condamnée à trois ans de prison, sans mandat de dépôt. Le premier d'entre eux, pour "fraude fiscale", a lieu ce vendredi: la décision du tribunal correctionnel de Paris est attendue à partir de 13h30. Heureusement, son fils Alexandre été là pour l'épauler, et c'est ensemble qu'ils ont quitté les lieux.

Patrick Balkany sera fixé dès cet après-midi et peut-être en prison dès ce soir. "Stigmatisant " l'intolérable " comportement de l'édile " élu de la Nation ".

Ils reprochent aux Balkany de n'avoir pas payé d'ISF entre 2010 et 2015 et d'avoir déclaré des revenus largement sous-évalués entre 2009 et 2014.

Les sommes éludées sont estimées à plus de 4 millions d'euros d'impôts sur le revenu et la fortune, rappelle BFM TV.

Les Balkany ont également été condamnés pour avoir sous-évalué la valeur du moulin qu'ils possèdent à Giverny (Normandie), ce dont ils se défendent, et d'avoir dépensé des sommes sans commune mesure avec leurs revenus connus, notamment sous forme d'espèces non déclarées. "De tels comportements ne sont pas tolérables, notamment quand ils viennent d'élus..." Patrick Balkany va faire appel. Contre son épouse, l'accusation a demandé quatre ans de prison, dont deux fermes, avec possibilité de peine aménageable. "La fraude fiscale mène rarement en prison", assure l'avocat pénaliste Pierre Degoul auprès du quotidien de la capitale.

Si Patrick Balkany risque bel et bien la prison ferme dès l'issue du jugement, le maire de Levallois a également des chances de ressortir libre, et ce pour plusieurs raisons.

"Les infractions dont se sont rendus coupables les époux Balkany ont gravement porté atteinte à l'ordre public et économique et aggravé la déchirure désormais ancienne du pacte républicain", a également dénoncé le président Blanchet.

Les deux peines ne pourront se cumuler. La peine la plus lourde sera appliquée. Pendant l'audience entre colères noires et teint rougeaud, ton hâbleur et longues digressions sur la ville qu'il dirige presque sans interruption depuis 1983, l'ancien député s'était longuement défendu devant le tribunal. Mais à 71 ans, il avait toutefois semblé accuser le choc face à la lourdeur des peines requises contre lui par le PNF.

- Et si vous êtes condamné après l'appel?

Cette nuit il dormira en prison.

- Et après la Cour européenne?

Share