Des personnels de l'hôpital de Vichy manifestent à Paris — Grève aux urgences

Share

Les services d'urgences de Nancy et Epinal sont touchés par le mouvement de grève depuis trois mois.

Après deux premières séries d'annonces - en juin et début septembre -, le gouvernement a dévoilé lundi soir un plan en 12 points visant à désengorger les urgences et a promis 750 millions d'euros de 2019 à 2022 afin d'éteindre un mouvement de grogne qui a débuté le 18 mars à Paris et s'est étendu depuis à d'autres sites en France.

Le cortège de manifestants a quitté la place d'Italie en début d'après-midi, et se dirige vers le ministère de la Santé.

" On a décidé de rejoindre le mouvement", a déclaré devant la presse son président Patrick Pelloux, accompagné d'Hugo Huon, responsable du collectif Inter-Urgences à l'origine de la grève". D'après lui, sans hausse des salaires, la situation ne peut être débloquée.

Le collectif Inter-Urgences a apporté son soutien à "l'ensemble des dates syndicales qui sont annoncées", après avoir voté mardi la poursuite d'une grève inédite par sa durée - bientôt 6 mois - et son ampleur - 250 services d'urgence à ce jour.

Cette enveloppe est notamment destinée à la création d'un nouveau "service d'accès aux soins" pour réguler les appels aux secours et de filières "d'admissions directes" sans passage aux urgences pour les personnes âgées.

"Nous élargirons le mouvement", assure Mme Stivala, déjà tournée vers la prochaine date de la CGT, le 24 septembre contre la réforme des retraites.

Un rapprochement est aussi envisagé avec les pompiers, qui organiseront leur propre manifestation nationale le 15 octobre.

La députée La France insoumise Caroline Fiat, ancienne aide-soignante, est aussi venue en blouse blanche et ceinte d'une écharpe tricolore pour soutenir "une belle lutte". Selon lui, leurs "revendications sont les mêmes". "Cette contagion leur fait peur", veut croire Mohamed Farid, infirmier aux urgences de Gonesse.

Le plan présenté par Mme Buzyn "est une réponse qui est largement à la hauteur des besoins" et "qui s'inscrit dans le temps court et long", a-t-elle ajouté.

Share