Russie: Sérieux revers pour le pouvoir à Moscou - Monde

Share

Principal opposant au régime, Alexeï Navalny avait appelé à "voter intelligent" en soutenant les mieux placés pour battre les candidats du Kremlin. En 2014, les candidats du parti présidentiel Russie unie et leurs alliés avaient obtenu 38 sièges.

Enfin, le parti Russie juste, considéré comme faisant partie de l'opposition " tolérée " par le Kremlin, fait son entrée au Parlement moscovite avec trois députés.

Après le dépouillement de la quasi-totalité des bulletins, les candidats soutenus par les autorités ont perdu dans au moins 20 des 45 districts de la capitale, après un été marqué par de nombreuses manifestations de l'opposition, qui avait appelé à leur faire barrage.

Selon l'agence de presse RIA, Russie unie a perdu environ un tiers des sièges qu'il contrôlait au parlement de Moscou. Le Parti communiste a cette fois nettement progressé, décrochant 13 sièges contre cinq précédemment.

La RIA a déclaré qu'elle était sur la bonne voie pour contrôler 26 des 45 sièges du parlement de Moscou, suffisamment pour conserver sa majorité.

"On s'est battu ensemble pour ça!". Le taux de participation est toutefois resté très bas à Moscou. A Moscou, aucun des candidats favorables au Kremlin ne s'est présenté sous les couleurs du parti.

Une tentative avortée avec quelques échecs retentissants, comme celui de la vice-rectrice de l'Ecole des hautes études en sciences économiques (HSE), Valeria Kassamara.

Ces élections ont "peut-être (été) les plus émotionnelles et concurrentielles de toute l'histoire récente", a relativisé le maire de la capitaale Sergueï Sobianine sur son blog, espérant que ces résultats "profitent au Parlement de la ville ". Du jamais vu depuis la vague de protestations de 2011-2012 qui avait précédé le retour de Vladimir Poutine à la présidence après un mandat de Premier ministre.

Pratiquement toutes les figures de l'opposition ont reçu de courtes peines de prison et cinq manifestants ont écopé de lourdes peines pour "violences" envers les forces de l'ordre, allant jusqu'à quatre ans de prison. Elle a aussi appelé les autorités à "respecter la liberté d'expression, le droit de réunion pacifique et le droit de participer aux affaires publiques ".

En tout, plus de 5000 scrutins ont lieu dans le pays dimanche.

En tout, plus de 5.000 élections avaient lieu dans le pays dimanche, les Russes devant élire 16 gouverneurs régionaux et les parlementaires locaux de 13 régions, dont la Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014.

A Saint-Pétersbourg notamment, la campagne a été très vive, le Kremlin soutenant l'impopulaire gouverneur par intérim, Alexandre Beglov.

Bien que local, les élections à Moscou ont été désignées par Alexeï Navalny, éminent homme politique de l'opposition, et ses alliés comme une occasion de faire des progrès contre la Russie unie avant les élections législatives nationales de 2021.

Share