La Chine dépose une plainte à l'OMC — Guerre commerciale

Share

Conséquence de l'escalade des tensions estivale entre Pékin et Washington sur le dossier commercial, les Etats-Unis imposent depuis hier de nouveaux tarifs sur 110 à 125 milliards de dollars d'importations chinoises, tandis que la Chine a pris la décision de taxer le pétrole américain de 5 % et plus de 1700 produits américains parmi une liste de biens cibles de 75 milliards de dollars. Donald Trump a en outre affirmé que "13% des entreprises (américaines) quitteront la Chine dans un avenir très proche". "Conformément aux règles de l'OMC, elle protégera fermement ses droits et intérêts légitimes", a-t-il souligné dans un communiqué publié sur son site internet. Ces droits de douane additionnels de 15% portent sur une partie des 300 milliards de dollars de biens importés du géant asiatique qui ont été jusqu'alors épargnés.

Pékin devrait rétorquer en augmentant des tarifs douaniers sur 75 milliards de dollars de biens américains dont une partie le 1er septembre également. "Des appels sont en cours", a-t-il déclaré.

La guerre commerciale, déclenchée par Donald Trump depuis plus d'un an et demi, s'est enflammée la semaine dernière avec l'annonce de tarifs douaniers supplémentaires sur la totalité des biens importés de Chine d'ici la fin de l'année.

Le Président des États-Unis, Donald Trump, prend la parole lors d'une réunion d'information sur l'ouragan Dorian organisée par l'Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA) au siège de la FEMA à Washington, le 1er septembre 2019. "Nous verrons ce qu'il se passe, mais nous ne pouvons pas laisser la Chine nous escroquer davantage".

La stratégie américaine s'est pour le moment révélée inefficace bien qu'elle pèse sur l'économie chinoise. Et au-delà de la Chine, l'économie de la planète, largement soutenue par les échanges commerciaux, va se détériorer, a maintes fois alerté le FMI.

Aux Etats-Unis, l'expansion ralentit. Le premier exportateur du produit, la Chine, a rejeté mardi 3 septembre toute responsabilité dans la crise, malgré les attaques de Donald Trump. Une enquête de l'université du Michigan sur la confiance des consommateurs montre que celle-ci a enregistré en août sa plus forte dégradation depuis décembre 2012.

Mais l'incertitude quant à l'issue de ce conflit pèse désormais sur les investissements des entreprises et le moral des ménages américains. "Les données indiquent que l'érosion de la confiance des consommateurs due aux politiques tarifaires est maintenant bien engagée", a expliqué Richard Curtin, l'économiste dirigeant cette enquête bi-mensuelle.

Signe que l'administration Trump pourrait avoir quelques craintes sur l'impact de cette nouvelle escalade: certains produits vedettes des achats de Noël ne seront pas taxés avant le 15 décembre.

Des taxes de 15% seront imposées par Washington à partir du 15 décembre et viseront en particulier la haute technologie - smartphones, ordinateurs portables et consoles de jeu vidéo.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Il peut être utilisé comme sédatif pour des malades du cancer en grande souffrance. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Share